Accéder au contenu principal
Revue de presse des Amériques

A la une des journaux, un fait divers sordide au Brésil

4 mn

Publicité

Tous, mais vraiment tous les journaux font leur une sur cette histoire qui ressemble à un scénario de télénovela. L’ex-petite amie d’une vedette du football a été enlevée, puis assassinée d’une façon atroce. Bruno Souza, c’est le nom de ce gardien de but de l’équipe de Flamengo, est soupçonné d’avoir commandité ce crime. Selon le quotidien O Globo, il pourrait écoper – s’il est jugé coupable – de 17 ans de prison. La presse commence à sortir les détails sur le meurtre, des détails qui font froid dans le dos. « Bruno a lui-même assisté à l’assassinat et après il est allé prendre une bière », écrit le journal populaire Extra. Un comportement qui se retrouve dans les premières déclarations de l’accusé, également publié par Extra: « J’ai la conscience tranquille. Dans quelques années je vais beaucoup rire de cela.» Commentaire de l’enquêteur en chef dans la Folha de Sao Paulo : cet homme est une idole et un monstre.

L’opposant cubain Guillermo Fariñas arrête sa grève de la faim

Un infirmier qui se penche sur Fariñas pour l’ausculter. Cette photo appartient désormais au passé. Elle se trouve sur la première page du journal péruvien El Comercio. «C’est un triomphe sur le système Castro », se félicite le quotidien. Beaucoup plus circonspect, le Miami Herald dans sa version espagnole: «Pour l’instant, aucun prisonnier politique n’a été libéré. Il se peut que le régime cubain joue les prolongations pour arracher aux Européens d’autres concessions », estime le journal de Floride. Oscar Espinosa Chepe est plus optimiste. Cet économiste cubain pense que Castro va libérer les prisonniers rapidement. « Il doit faire taire les critiques sur les droits de l’homme pour se concentrer sur la crise économique », explique-t-il au Miami Herald.

La vie de plus en plus chère au Venezuela
 
Le quotidien El Nacional donne ce chiffre alarmant : l’an dernier, les prix ont augmenté de 31 pour cent dans le pays. Autant dire que le gouvernement Chavez a échoué dans son combat contre l’inflation. Selon le journal de Caracas, la population doit s’attendre à ce que les biens de consommation deviennent encore plus cher.

Le rêve américain brisé par la crise
 
C’est un article à trouver dans le New York Times. Un portrait de famille mais en fait, c’est un portrait de l’Amérique. C’est l’histoire des Nicholson, une famille de la classe moyenne installée dans le Massachusetts. Le grand-père et le père racontent à Scott, le fils récemment diplômé, comment ils ont fait carrière, comme c’était facile de gagner de l’argent, d’acheter une maison, de se projeter dans l’avenir. Scott écoute les prouesses de ses aînés, il sait que pour lui ce ne sera pas si facile. D’où son idée de passer quatre ans chez les Marines. Mais l’élite de l’armée n’a pas voulu de lui. Son rêve maintenant ? Tout simplement de trouver un boulot, même mal payé, pour pouvoir quitter la maison des parents.

Autre sujet dans le New York Times : le mariage homosexuel aux Etats-Unis. Cinq Etats autorisent les unions entre personnes du même sexe : l’Iowa, le Connecticut, le Massachusetts, le New Hampshire, le Vermont et le District of Columbia (la capitale fédérale Washington). Le débat sur le mariage gay pourrait être relancé suite à la décision d’un juge fédéral dans le Massachussetts. Celui-ci estime que la loi nationale, interdisant le mariage gay, est anticonstitutionnelle. Selon la Constitution, tous les citoyens doivent être protégés équitablement. Or, priver les couples homosexuels de certaines allocations est discriminatoire, donc contraire à la Constitution américaine.

Lula en miniature pour 2, 20 euros

 
Au Brésil, le parti du président Lula a trouvé un moyen insolite pour renflouer les caisses en cette année électorale. Le PT va mettre en vente des petites poupées de Lula pour 5 réals (environ 2, 20 euros). Selon la Folha de Sao Paulo, la « Lulinha » sera disponible en exclusivité dans les bureaux du Parti des travailleurs. Les Brésiliens auront le choix entre deux versions : un petit Lula en costume bleu et un autre dans le maillot jaune-vert de la « Selecao ». Il existe déjà des maquettes, maintenant le parti cherche un fabriquant pour produire la poupée en masse.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.