Revue de presse des amériques

A la une : 323 migrants haïtiens rapatriés par des gardes-côtes américains

Publicité

 

323 migrants haïtiens rapatriés par des gardes-côtes américains
 
Ces candidats à l'exil avaient tenté de rallier les Etats-Unis à bord de deux embarcations complètement surchargées. Mais les bateaux ont été tous les deux interceptés au large des côtes du Bahamas. « Il s'agit de la plus importante interception de migrants haïtiens depuis le tremblement de terre le 12 janvier », note le New York Times, alors que les chiffres des boat-people en provenance d'Haïti sont globalement en baisse depuis le séisme. L'explication se trouve, selon les experts, dans la présence importante d'aide humanitaire sur l'île depuis la catastrophe.

En même temps, les efforts pour la reconstruction des zones dévastées n'en sont toujours qu'à leurs débuts, rapporte le Miami Herald. « Sept mois après le séisme, seuls 18 % des 5 milliards 300 millions de dollars sont arrivés en Haïti. De plus, des divergences entre la Banque mondiale et la Commission pour la reconstruction sur la manière de gérer les fonds internationaux n'aident en rien à débloquer la situation », critique le Miami Herald.

Elections présidentielles en Haïti : « semaine décisive »

Pendant ce temps, les élections présidentielles se préparent dans le pays, et cette semaine sera « décisive », titre le journal haïtien Le Nouvelliste, car « les aspirants à la magistrature suprême » ont jusqu'à samedi prochain pour dévoiler leurs intentions. Et à en croire le quotidien, les tractations vont bon train.

« L'arrivée de deux chanteurs populaires dans la liste des possibles marathoniens dérange les plans de cours de plus d'un », constate Le Nouvelliste. « Visiblement mal armés pour convaincre certains de leur capacité à diriger le pays, Michel Martelly et Wyclef Jean ont en revanche la popularité nécessaire pour être des alliés de choix ». 

Etats-Unis : Barack Obama annonce retrait des troupes d’Irak
 
Barack Obama a tenu hier un discours très attendu sur le retrait promis des troupes américaines d'Irak. Pour le président c'était une occasion de montrer qu'il était en charge des dossiers importants, à quelques mois des élections de mi-mandat, en novembre prochain.

« Barack Obama tient sa promesse. Nos gars rentrent à la maison », écrit le San Francisco Chronicle. « Ils laissent la lourde tâche d'assurer la sécurité du pays entre les mains d'un gouvernement irakien faible. Par conséquence », estime le journal, « on peut appeler cette guerre en Irak une mission semi-accomplie ».

Et cela ne s'annonce pas vraiment mieux en Afghanistan. C'est en tout cas ce qu'écrit le Washington Post dans un éditorial qui frôle le cynisme. Barack Obama a déclaré hier qu'en tant que président des Etats-Unis il ne pouvait pas laisser l'Afghanistan entre les mains d'al-Qaïda. « Mais cela fait longtemps que nous avons éradiqué les bases d'entraînement d'al-Qaïda dans ce pays », s'exclame le journal. « Le réseau terroriste s'est replié maintenant au Yémen ou encore en Somalie ». Ce n'est donc pas une raison de continuer à faire la guerre en Afghanistan. « Mais quoi d'autre peut-on trouver pour justifier ce carnage ?», se demande le Washington Post.

L’amiral Mike Mullen a déclaré dernièrement que la mission des troupes américaines était de protéger la population afghane. « C'est pourtant compliqué de gagner l'affection d'un peuple quand on assassine en même temps des civils innocents dans des raids aériens anti-terroristes », rétorque le journal qui conclut : « Nous devons finir le travail, a martelé Barack Obama. Mais quel travail pour quelle victoire? Si le président ne répond pas à ces questions, nos chances de gagner sont égales à zéro ».

Les Obama : vacances d’été pour la famille présidentielle
 
Un président aussi à besoin de vacances. Mais sa femme Michele et sa fille Sasha vont prendre de l'avance et partir demain à Marbella, en Espagne où elles resteront quatre jours dans la très chic Villa Padierna, un hôtel de luxe qui appartient à l'empire Ritz-Carlton. C'est ce que croit savoir USA Today. Selon le journal, la famille Obama au grand complet passera ensuite deux jours sur la côte de la Floride, un signal aux professionnels du tourisme, lourdement affectés par la marée noire. Et enfin ce sera le repos, le vrai, sur une île dans le nord-est des Etats-Unis : Martha's Vineyard est une destination huppée. L'année dernière, les filles Obama l’ont adoré.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail