Chili

Chili : l’inquiétude grandit sur le sort des 33 mineurs bloqués

Samedi 7 août 2010, des secouristes qui cherchaient à accéder aux mineurs piégés dans une  mine de Copiapo ont été bloqués par de nouveaux éboulements, faisant avorter une tentative de sauvetage.
Samedi 7 août 2010, des secouristes qui cherchaient à accéder aux mineurs piégés dans une mine de Copiapo ont été bloqués par de nouveaux éboulements, faisant avorter une tentative de sauvetage. Reuters / I. Alvarado

Toujours aucune communication n’a pu être établie avec les 33 mineurs coincés depuis jeudi 5 août dans un puits de la mine San José, situé au nord du Chili. Les secours continuent de s’activer mais l'espoir diminue après de nouveaux éboulements samedi, qui ont fait avorter des opérations de sauvetage.

Publicité

Avec notre correspondante à Santiago, Claire Martin

Les secours continuent sans répits. Samedi 7 août, un éboulement a obstrué la voie la plus rapide qui existait pour atteindre les 33 mineurs. Depuis jeudi, ils sont coincés dans un puits de la mine San José, à 45 km de Copiapo, au nord du Chili.

Les sauveteurs sont parvenus à 80 mètres du lieu où ils pourraient être coincés. Mais n’ont toujours pas pu communiquer avec eux. Samedi, le président Sebastian Pinera a interrompu sa visite en Colombie, où il devait assister à la prise de pouvoir du président élu Juan Manuel Santos. Sebastian Pinera est allé sur le site rendre visite aux familles des mineurs coincés.

Ce dimanche 8 août, le président chilien a rassuré, les secours continueraient grâce à deux sondes. Creuser des trous pourraient permettre de communiquer avec les mineurs et leur fournir de l’oxygène, de l’eau, des aliments si tant est qu’ils soient vivants. En parallèle les sauveteurs continueront d’avancer à travers le tunnel de ventilation bouché samedi, et à travers la rampe principale d’accès du puits.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail