Etats-Unis

Il y a 5 ans, Katrina ravageait La Nouvelle-Orléans

Un enfant passe devant des maisons qui n'ont pas été réparées depuis le passage de l'ouragan Katrina en Louisiane, le 28 août 2010.
Un enfant passe devant des maisons qui n'ont pas été réparées depuis le passage de l'ouragan Katrina en Louisiane, le 28 août 2010. REUTERS/Lee Celano

Cinq ans après le passage de l'ouragan Katrina à La Nouvelle-Orléans, le 29 août 2005, la ville se reconstruit très lentement. Considéré comme l'un des plus puissants ouragans à avoir frappé la côte américaine du golfe du Mexique, Katrina avait provoqué la mort de près de 1 500 personnes et 80% de La Nouvelle-Orléans s'était retrouvé sous les eaux. 

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à La Nouvelle-Orléans, Valérie Rohart

Il suffit de rouler au hasard pour saisir l’état de la reconstruction de La Nouvelle-Orléans. Des quartiers entiers sont en friches. Le paysage est fait de maisons délabrées, qui n’attendent que la démolition et de lopins de terre laissés aux herbes folles, ou au contraire, soigneusement tondus. De-ci de-là, des fondations de maisons rappellent que le quartier numéro 9 était densément peuplé, formé de petites maisons en bois bien serrées les unes contre les autres.

Pas à l'abri d'un nouvel ouragan

Encore très éparpillés, les bâtiments tout justes reconstruits font office de symbole. Symbole de la volonté de vivre malgré tout, ici, tout près du Mississipi, où les éléments peuvent à tout moment reproduire le même désastre. Les digues ont été reconstruites, mais ce qui sépare le quartier numéro 9 des canaux du Mississipi, c’est un long mur de béton, sans contrefort, dont on voit mal comment il pourrait résister face à un nouvel ouragan.

Beaucoup d'habitants manquent à l'appel

Pourtant, même la fondation de Brad Pitt, qui aide les habitants à retrouver un toit en créant des maisons écologiques, n’a pas pensé à reconstruire plus loin. Désormais, les maisons sont simplement construites sur pilotis. Ceux qui sont revenus sont fatalistes. Mais il y a eux qui ne reviendront pas. Seule 85% de la population de La Nouvelle Orléans est revenue. Ce sont essentiellement les africains-américains qui manquent encore à l’appel.
 

Le stade, entièrement climatisé, de 70 000 personnes, a rouvert. Ils sont peu nombreux à penser que c'est un scandale, alors que tant de personnes n'ont pas encore de maisons. Le Superdome représente l'unité de La Nouvelle-Orléans.

Reportage au Superdome, à La Nouvelle-Orléans

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail