Accéder au contenu principal
Colombie

Vingt-deux guérilleros des FARC tués par l’armée colombienne

La police colombienne inspecte les corps des membres présumés des FARC à Puerto Asis, le 19 septembre 2010.
La police colombienne inspecte les corps des membres présumés des FARC à Puerto Asis, le 19 septembre 2010. Reuters / Zoominformativo.com
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Vingt-deux guérilleros présumés des FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie) ont été tués, dimanche 19 septembre, lors d'une importante opération de l'armée colombienne. Les militaires ont bombardé trois camps rebelles près de la frontière avec l'Equateur.

Publicité

La contre offensive gouvernementale était attendue et annoncée. Depuis le début du mois, les FARC ont, en effet, intensifié leurs attaques contre l'armée pour fragiliser le nouveau président Juan Manuel Santos. Plus de 40 policiers et militaires ont été tués en septembre dans des embuscades.

L'Etat a donc voulu répondre en frappant un grand coup. Trois camps de rebelles présumés ont été bombardés. Le bilan est de 22 narco-terroristes morts, dit le gouvernement.

La perspective d'une reprise du dialogue entre la guérilla et les autorités semble plus que jamais bouchée. Mais pour Olga Gonzalez, docteur en sociologie, il ne faut rien affirmer : « Malheureusement, l’expérience en Colombie montre que quand il y a des attaques, quand les armes se mettent à parler, c’est à ce moment-là que souvent surviennent des dialogues de paix. Ça a été le cas dans le passé. Les dialogues les plus importants entre 1999 et 2002 résultaient du fait que les années précédentes les FARC avaient fait de grandes attaques militaires, en prenant notamment en otages des militaires qui sont encore aujourd’hui en captivité ou libérés récemment. »

Les FARC détiennent encore 19 otages dits politiques en Colombie. Des otages politiques, c'est-à-dire échangeables contre des guérilleros emprisonnés.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.