Etats-Unis / Chine

Les milliardaires philanthropes en campagne

Warren Buffett (g) et Bill Gates (d) à Pékin ce 29 septembre 2010.
Warren Buffett (g) et Bill Gates (d) à Pékin ce 29 septembre 2010. Reuters/Jason Lee

Bill Gates et Warren Buffett, respectivement deuxième et troisième fortune mondiale se rendent, ce mercredi 29 septembre 2010, en Chine, à Pékin, pour un grand dîner caritatif. Ils ont convié des milliardaires chinois, pour les encourager à réfléchir sur la charité. Les deux philanthropes américains ne se contentent plus de faire des dons, désormais ils partent en campagne pour faire des émules.

Publicité

Avec une fortune estimée à près de 54 milliards de dollars, le cofondateur de Microsoft est pour la 17ème année consécutive l'Américain le plus riche. Légèrement inférieure, la fortune de Warren Buffet atteint les 45 milliards de dollars, soit 5 milliards de plus qu'en 2009. Les deux hommes ont décidé de céder la moitié de leur fortune à des œuvres caritatives. Ils entendent donc peser de tout leur poids pour inciter les plus grosses fortunes de l'empire du Milieu à se rallier à leur cause : la philanthropie.

Ces chevaliers des temps modernes gèrent leurs bonnes œuvres comme une entreprise. La fondation Bill et Melinda Gates est très investie dans le secteur de la santé, depuis 1994, elle a versé 10 milliards d’euros, soit plus de la moitié des fonds distribués par l'OMS (Organisation mondiale de la Santé) pour des programmes de santé. Ils veillent à l'efficacité et à la rentabilité de leurs projets, d'où leur crédibilité. Philanthropique jusqu'au bout le magnat de l'informatique n'a pas hésité à déshériter partiellement ses enfants pour financer sa fondation.

L'opération baptisée « giving pledge », dans la traduction « promesse de dons » a été lancée par Bill Gates et Warren Buffet en juin dernier. Sur les 400 milliardaires américains recensés, 40 d'entre eux ont répondu à l'appel et se sont engagés à verser 50% de leur fortune à des œuvres de charité. Encouragés par ce succès, les deux philanthropes américains ont décidé de s'attaquer à la Chine, en organisant un dîner de charité à Pékin qui se déroulera ce 29 septembre 2010.

La Chine, un pays qui compte le plus de milliardaires en dollars derrière les Etats-Unis.

A Pékin, les milliardaires chinois invités à dîner pour donner

Des milliardaires difficiles à convaincre

Deuxième pays après les Etats-Unis à abriter des milliardaires en dollars, la Chine compte aujourd'hui soixante quatre multimillionnaires. Elle abrite un quart des grandes fortunes asiatiques. Alors que la Chine connaît une croissance économique exponentielle, les nababs chinois traînent des pieds craignant de devoir s’engager à l’issue de ce dîner caritatif.

Pourtant la Chine a une tradition philanthropique. Selon Marie-Claire Bergère, professeur émérite des universités, « la philanthropie est utilisée par le régime au profit du régime. Les chefs d’entreprises privées sont plus ou moins moralement, socialement, politiquement obligés, de donner des fonds pour financer les projets gouvernementaux. S'ils ne le font pas ils sont mal vus par le gouvernement et, dans ce cas, il leur est impossible de faire des affaires en Chine ».

Un seul généreux donateur chinois a répondu à l’appel des deux philanthropes. Il s'agit du richissime industriel, Chen Guangbiao ; à 42 ans cet homme d’affaires a fait fortune grâce à son entreprise de démolition et de recyclage. Il a déclaré, qu'à sa mort, il lèguera l'intégralité de sa fortune, dont le montant s'élève aujourd’hui à 440 millions de dollars, à des programmes de bienfaisance.

En France les grandes fortunes françaises restent plus discrètes... La bourgeoisie s'est toujours occupée de ses pauvres. Aujourd'hui l’Hexagone compte de nombreuses fondations dont le but est de lever des fonds auprès de donateurs. Selon Michel Pinçon, sociologue, qui scrute depuis une vingtaine d'années les Français les plus riches, les bienfaiteurs français sont plus discrets que les Américains sur leurs richesses et le sont tout autant sur leurs dons.

L'homme le plus généreux de France se nomme Odon Vallet. Professeur à la Sorbonne et spécialiste des religions, il a reversé à sa fondation l'intégralité de son héritage. Les deux millions d’euros de bénéfice dégagés par sa fondation servent chaque année à délivrer environ 3 000 bourses à des étudiants brillants mais en difficulté économique.

Selon Antoine Vaccaro, président du centre d'études et de recherche sur la philanthropie, en France, les familles Bettencourt, Arnault et Pinault donnent environ 15% de leur patrimoine aux bonnes œuvres. A leur décharge, les multimillionnaires français sont beaucoup plus taxés que les Américains qui ont plus d'argent disponible pour la charité.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail