Etats-Unis

Les recrues de l'armée américaine peuvent désormais afficher leur homosexualité

Un officier gay américain interviewé par les médias devant un centre de recrutement de l'armée à New York, le  19 octobre 2010
Un officier gay américain interviewé par les médias devant un centre de recrutement de l'armée à New York, le 19 octobre 2010 REUTERS/Lucas Jackson

Le Pentagone a décidé de mettre en application la décision d'une cour fédérale de Californie. La semaine dernière, le tribunal avait jugé anticonstitutionnelle la loi imposant aux militaires gays et lesbiennes de taire leur orientation sexuelle. Désormais, l'armée américaine ne peut plus refuser d'examiner une candidature au motif que le candidat se dit homosexuel.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

Le message est passé. Le Pentagone l'affirme, ses recruteurs ont désormais pour consigne d'examiner tous les dossiers de tous les candidats y compris ceux qui se présentent ouvertement comme homosexuels.
Jusqu'à présent, la politique au sein de l'armée américaine, c'était la désormais célèbre loi « Don't Ask, Don't tell». Ne demandez pas, ne répondez pas. Un mouchoir pudique posé sur l'orientation sexuelle des militaires, avec, pour justification la cohésion des troupes.

Mais la semaine dernière, la juge californienne Virginia Phillips a estimé que la mesure était contraire à la Constitution américaine. L'administration Obama qui tient à conserver le « Don't Ask, Don't Tell » a immédiatement fait appel de la décision. Et le Pentagone. a demandé le 19 octobre à ses recruteurs de prévenir les candidats qu'ils peuvent se dire homosexuels. Mais que si l'appel est gagné, et que la loi est donc finalement maintenue, cela pourrait nuire à leur dossier.

Dans le même temps, le ministère de la Justice avait demandé à la juge de suspendre sa décision, le temps que la procédure d'appel aille à son terme. Demande refusée, hier mardi.

Le casse-tête reste donc entier pour les candidats, et pour les recruteurs de l'armée de l'oncle Sam.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail