Etats-Unis / Inde

Obama annonce 10 milliards de dollars de contrats avec l’Inde

Le président américain Barack Obama (G) et Anand Mahindra, le directeur de Mahindra & Mahindra un grand groupe indien, à Bombay le 6 novembre 2010.
Le président américain Barack Obama (G) et Anand Mahindra, le directeur de Mahindra & Mahindra un grand groupe indien, à Bombay le 6 novembre 2010. REUTERS/Rafiq Maqbool
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au premier jour de sa visite en Inde, samedi 6 novembre, le président américain Barack Obama a annoncé pour 10 milliards de dollars de contrats avec l'Inde. Ce qui devrait créer 50 000 emplois américains. Désavoué par ses concitoyens pour ses faibles performances dans la restauration de l'emploi lors des élections à mi-mandat voici quelques jours, le président américain confirme l'orientation économique de sa tournée asiatique.

Publicité

Barack Obama ne s'y trompe pas lorsqu'il déclare que l'Inde est une opportunité. C'est, dit-il, l'un des marchés qui se développe le plus vite au monde. Ses besoins d'équipement sont énormes et ses industries n'ont pas encore atteint le niveau de production de «l'atelier chinois». Pour les exportateurs américains, surtout dans la haute technologie, c'est donc encore un gisement d'emploi considérable.

Concrètement, beaucoup de commandes dans le secteur de l'aéronautique parmi la vingtaine d'accords signés. Beaucoup de matériel militaire, notamment des appareils de transports, une dizaine, et des moteurs pour les avions de combats. Une trentaine de jets civils, des Boeing 737 sont également portés sur le carnet de commandes indien.

Des blocages ont été identifiés, notamment sur les questions douanières. Les Indiens eux-mêmes ont peut-être encore un peu de mal à s'affranchir du «made in India» et les grandes marques de distribution américaines s'impatientent toujours aux portes de la fédération. Mais les exportateurs indiens peuvent en dire autant sur les difficultés à s'implanter sur le marché américain.

Le président Obama a dévoilé par ailleurs qu'il s'apprêtait à réformer les procédures de contrôle des exportations sur la haute technologie. En tout cas la dynamique est enclenchée et pendant que le président chinois dépense ses yuans en terre européenne, le président des Etats-Unis trouve en Inde des débouchés pour ses entreprises.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail