Cuba

Cuba libère le premier des treize dissidents refusant l’exil

Le dissident cubain Arnaldo Ramos Lauzurique, dans sa maison de La Havane quelques heures après sa libération de prison, le 13 novembre 2010,.
Le dissident cubain Arnaldo Ramos Lauzurique, dans sa maison de La Havane quelques heures après sa libération de prison, le 13 novembre 2010,. AFP/Adalberto Roque

Les prisonniers politiques cubains qui refusent l'exil sont-ils sur le point d'être libérés? En tout cas, le plus âgé d'entre eux Arnaldo Ramos Lauzurique est sorti de prison la nuit du samedi 13 novembre 2010. Arrêté en 2003 et condamné à dix-huit années de réclusion, Arnaldo Ramos Lauzurique est rentré chez lui et ne sera pas soumis à l’obligation de quitter l'île communiste.

Publicité

Arnaldo Ramos Lauzurique est un dissident de longue date. Après sept années de détention, il a retrouvé son épouse samedi soir dans son appartement du centre de la Havane. L'économiste de 68 ans se porte bien et restera en liberté conditionnelle à Cuba. « A notre âge, dit sa femme, c'est difficile de recommencer une nouvelle vie à l'étranger ».

Arrêté en 2003 avec soixante-quatorze autres dissidents, Arnaldo Ramos Lauzurique avait été accusé de conspiration contre le régime cubain. Au mois de juillet, le gouvernement de Raul Castro a fait un geste, en promettant de libérer cinquante-deux de ces opposants. Grâce à la médiation de l'Eglise catholique, trente-neuf prisonniers politiques cubains ont donc été remis en liberté ces derniers mois. Ils sont partis vers l'Espagne ou les Etats-Unis. Mais douze cas posent toujours problème : les détenus refusent l'exil forcé et restent donc en prison.

Le processus de libération a pris de retard mais l'élargissement d'Arnaldo Ramos Lauzurique laisse penser que les prisonniers politiques qui veulent rester à Cuba pourraient être libérés prochainement. Comme d'habitude, le gouvernement n'a fait aucun commentaire.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail