Colombie / terrorisme

En Colombie, l'armée continue son combat contre les Farc

Un hélicoptère de l'armée colombienne, le 17 mars 2010.
Un hélicoptère de l'armée colombienne, le 17 mars 2010. AFP/Luis Robayo

Quatorze combattants de la guérilla colombienne des Farc ont été tués le 15 novembre lors d’un bombardement aérien non loin de la frontière équatorienne. C’est la seconde offensive aérienne d'envergure de l'armée colombienne dans cette région en deux mois. Le même jour, quatre policiers ont trouvé la mort dans une embuscade attribuée aux Farc.

Publicité

Le département de Narino se situe à la frontière entre la Colombie et l'Equateur. Cette région est au centre des préoccupations de l'armée équatorienne. C'est là, dans le sud de la Colombie, que s'est implanté l'un des groupes les plus importants de la guérilla des Farc : le Front 48. Ce groupe est en effet le pivot de la guérilla marxiste. C'est lui qui rapporte le plus de revenus via le trafic de drogue.

Lundi 15 novembre en début de journée, la force aérienne, l'armée de terre et la police ont lancé une opération conjointe contre l'un des campements du Front 48. Selon le ministère, lors de ce bombardement : quatorze guérilléros ont été tués, deux autres capturés dont un mineur équatorien.

En mars 2008, un raid aérien de l'armée colombienne sur un campement des Farc en Equateur avait provoqué une grave crise entre les deux voisins. Les relations diplomatiques ont été rétablies en novembre 2009, mais le sujet reste un point sensible dans les rapports entre les deux pays.

L'offensive de lundi intervient alors que les ministres des Affaires étrangères et de la Défense des deux pays doivent se rencontrer dans quelques jours, pour discuter notamment d'un programme conjoint de lutte contre le terrorisme.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail