Accéder au contenu principal
HAITI

Choléra en Haïti : au moins 12 adeptes du vaudou victimes de lynchage

Max Beauvoir, le chef suprême du vaudou haïtien, le 24 février 2010.
Max Beauvoir, le chef suprême du vaudou haïtien, le 24 février 2010. AFP/Thony Belizaire
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le choléra sévit toujours en Haïti où l'épidémie a tué près de 1 900 personnes en un mois et demi. L'apparition de la maladie dans le pays est sujette à beaucoup de rumeurs. Outre l'ONU, suspectée d’avoir importé le choléra, ce sont aujourd’hui les vaudouisants qui sont accusés de sorcellerie liée au choléra. Depuis une semaine les violences envers les membres de cette communauté religieuse se multiplient dans le sud-ouest du pays.

Publicité

Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

Pas moins de douze personnes, toutes membres du clergé vaudou, ont été lynchées dans le département de la Grande Anse. Tuées par la population à coups de machette, de pierres ; ces personnes étaient accusées de sorcellerie.

La foule pensait qu'elles avaient concocté une poudre qui propagerait le choléra dans la région. Leurs corps ont été brûlés sur la voie publique mais la police n'a pas pu prendre les auteurs de ces meurtres en flagrant délit. Frantz Lerebours, le porte-parole de la police nationale assure que plusieurs arrestations ont été menées, sur la base de dénonciation publique.

Ces violences inquiètent le chef suprême du vaudou haïtien, Max Beauvoir. Ce dernier veut tout faire pour éliminer l'ignorance de la population vis-à-vis du choléra et aussi la méchanceté envers les fidèles vaudouisants. Le choléra  dit-il est « déjà responsable de suffisamment de drames et tous ces morts sont des morts de trop ».

Ces lynchages montrent que malgré les messages de sensibilisation des autorités, une partie de la population reste toujours plongée dans la psychose et cherche à tout prix un responsable à cette épidémie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.