Equateur / Justice

Equateur : le groupe pétrolier Chevron condamné à une amende de 8 milliards de dollars

Une femme et son enfant devant leur maison, située juste à côté d'un puits de pétrole appartenant à Chevron, à Lago Agrio en Equateur, le 25 janvier 2011.
Une femme et son enfant devant leur maison, située juste à côté d'un puits de pétrole appartenant à Chevron, à Lago Agrio en Equateur, le 25 janvier 2011. REUTERS / Guillermo Granja

C´est à une amende record que vient d´être condamné le groupe pétrolier américain Chevron. Près de 8 milliards de dollars, c´est 16 fois plus que l´amende qu´a dû payer Exxon Mobil pour la marée noire en Alaska en 1989. Chevron a été condamné, lundi 14 février 2011, par un juge équatorien pour les dégâts environnementaux causés entre 1964 et 1990 dans l´Amazonie équatorienne par la compagnie Texaco qu´elle a racheté en 2001.

Publicité

Avec notre correspondant à Quito, Eric Samson

« C´est un triomphe, pour Humberto Piaguaje le leader de l´ethnie Cofan. Cela fait 17 ans que nous luttons dans ce procès et encore plus longtemps que nous vivons dans un environnement contaminé. C´est une leçon pour Texaco ».

Du côté du porte-parole de Chevron, James Craig, contacté à New York, le son de cloche est différent. « Ce verdict en Equateur est illégitime et inapplicable. C´est le produit d´une fraude et d´une collusion, contraire à l´Etat de droit et aux preuves présentées à la cour ».

Les 8 milliards d´amende pourtant sont très loin des 27 et même des 113 milliards réclamés par les plaignants. Accusée d´avoir déversé 68 milliards de litres de produits toxique en Amazonie, la compagnie pétrolière n´en est pas satisfaite pour autant.

« Ça a toujours été une stratégie des plaignants, ajoute James Craig, de gonfler les chiffres pour qu´un verdict frauduleux, comme celui d´aujourd´hui, semble raisonnable alors qu´il ne l´est absolument pas ».

Luis Yantza est l´un des leaders du front de défense de l´Amazonie. Pour lui le verdict est une victoire mais encore partielle. « Les gens sont contents mais avec la réserve que l´amende n´est pas suffisante pour réparer les dégâts causés ».

Les deux parties vont faire appel d´ici trois jours, les plaignants pour obtenir plus et Chevron pour annuler tout le procès.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail