Etats-Unis / Guinée

La famille «américaine» de la victime présumée de DSK fait rempart autour d'elle

Un journaliste passe devant l’immeuble où vit Nafissatou Diallo, la victime présumée de DSK, le 18 mai 2011.
Un journaliste passe devant l’immeuble où vit Nafissatou Diallo, la victime présumée de DSK, le 18 mai 2011. Michael Nagle/Getty Images/AFP

Toute la communauté guinéenne de New York se dit prête à soutenir la jeune Guinéenne qui accuse Dominique Strauss-Kahn de l’avoir agressée sexuellement dans un hôtel où elle est femme de chambre. Contacté par RFI, le président de l’association l'Union pour le Développent du Fouta Djallon, la région dont est originaire la plaignante, nous a dit ce qu’il comptait faire pour soutenir sa compatriote.

Publicité

 

L'affaire DSK

« Pour le moment nous a précisé Souleymane Diallo, le président de l’Union pour le Développent du Fouta Djallon, nous observons le déroulement de la procédure qui nous semble aller dans le sens que nous souhaitons ». « Nous n’avons pas pu rencontrer Nafissatou pour des raisons évidentes de sécurité, mais nous sommes en contact direct avec sa famille. Nous avons pu parler avec son frère [le vrai, pas le restaurateur], un chauffeur routier qui habite aussi aux Etats-Unis, dans le Midwest, et qui est en route ce jeudi 19 mai pour New York où il pourra enfin la réconforter » explique Souleymane.

« Heureusement, précise encore Souleymane Diallo, Nafissatou a de la famille ici. Sa sœur aînée et son beau-frère sont allés la soutenir. De notre côté, l’association réunit son bureau quotidiennement et nous sommes tous prêts à agir là où il le faudra dès que nous aurons un signe de Nafissatou ou de sa famille ».

Selon Souleymane Diallo, la communauté guinéenne new-yorkaise compte à peu près 5 000 membres dont environ 2 000 sont adhérents de l’association Union pour le Développement du Fouta Djallon.
 

Latifa Mouaoued/RFI

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail