Accéder au contenu principal
Haïti

Un rapport remet en cause le nombre de victimes du séisme en Haïti

Haïti, après le tremblement de terre.
Haïti, après le tremblement de terre. REUTERS/Jorge Silva
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Un rapport, commandé par l'agence américaine d'aide au développement (USAID), devrait être rendu public dans quelques jours. Les auteurs de ce rapport estiment que le bilan du tremblement de terre en Haïti a été largement surestimé. Alors que les autorités haïtiennes évoquent un nombre de morts allant de 200 000 à 300 000 morts, ce rapport évoque une fourchette 4 à 5 fois moins importante. Entre 46 000 et 85 000 personnes « seulement » seraient décédés. Une différence qui pose question.

Publicité

Dix-huit mois après le séisme qui a ravagé Haïti, le bilan de cette catastrophe fait toujours débat. Le nombre de morts haïtiens a-t-il été amplifié ? C'est en tout cas ce que laisse entendre ce rapport. Debarati Sapir est professeur à l'université de Louvain en Belgique. Elle dirige le Centre de recherche sur l'épidémiologie des désastres. Selon elle, il est difficile de donner un bilan précis.

« On peut toujours défendre une position en disant que les ONG ou même le gouvernement exagèrent les chiffres. Mais tous les chiffres de tous les autres tremblements de terre sont toujours discutables. Maintenant, je ne peux pas garantir le chiffre de 300 000 que le gouvernement a annoncé il y a un an, mais étant donné que j’étais sur place et j’ai vu une partie de ce qui s’est passé, il me semble que le chiffre que le rapport présente est une sous-estimation. Ça me semble trop peu. », dit Debarati Sapir.

L'agence américaine d'aide au développement rappelle que c'est une société externe qui a réalisé ce rapport. Timothy Schwartz, l'auteur de cette étude justifie son travail d'enquête. Cette enquête pourrait remettre en cause une partie de l'aide internationale. Une aide chiffrée à hauteur de 5 milliards de dollars.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.