Accéder au contenu principal
Etats / Unis / ONU

Ban Ki-moon défend son action à la tête de l'ONU

Ban Ki-moon, le secrétaire général de l'ONU le 15 mars 2011
Ban Ki-moon, le secrétaire général de l'ONU le 15 mars 2011 AFP/Johan ORDONEZ
Texte par : RFI Suivre
1 min

Réélu pour un mandat de cinq ans par acclamation à la tête des Nations unies mardi 21 juin 2011, Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU, est souvent critiqué par les défenseurs des droits de l’homme pour sa présence sur la scène internationale jugée trop timide. « Nous espérons qu'il aura plus de temps à consacrer à la lutte pour les droits de l'homme partout dans le monde », a déclaré Philippe Bolopion, directeur de l'Organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch. Face à ses détracteurs, Ban Ki-moon consent à sortir de son silence.

Publicité

Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

Depuis son arrivée à la tête des Nations unies, Ban Ki-moon pratique ce qu’il a lui-même appelé une « diplomatie discrète », plutôt que des dénonciations publiques. Un concept dit-il, souvent mal compris :

« Lors de rencontres privées, je ne suis pas silencieux, je sais me faire entendre. Vous savez, dénoncer et montrer du doigt, on peut le faire une fois, mais vous risquez de couper toute possibilité de dialogue et ensuite, vous ne pouvez plus rien faire ».

Apprendre le français

Sur la Syrie, Ban Ki-moon a appelé Bachar al-Assad à plusieurs reprises au téléphone, jusqu’à ce que le président syrien refuse de prendre ses appels :

« J’ai demandé au président Assad de prendre des mesures courageuses et décisives avant qu’il ne soit trop tard. Il doit être plus attentif à la volonté de son propre peuple ».

Le diplomate sud-coréen fait aussi beaucoup d’efforts pour apprendre le français, la deuxième langue officielle des Nations unies :

[En français dans l'interview] « Oui, j’essaie d’apprendre le français mais, comme vous le savez bien, je suis très très occupé. Beaucoup de fois, je n’ai pas pu avoir de place, mais je vais continuer... ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.