Accéder au contenu principal
FAO / Brésil

Le Brésilien José Graziano da Silva élu à la tête de la FAO

Le Brésilien José Graziano da Silva a été élu, dimanche 26 juin 2011 à Rome, directeur général de l'Organisation des Nations unies pour  l'alimentation et l'agriculture (FAO).
Le Brésilien José Graziano da Silva a été élu, dimanche 26 juin 2011 à Rome, directeur général de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). REUTERS/FAO HO/Giulio Napolitano
Texte par : RFI Suivre
6 mn

Le Brésilien José Graziano da Silva a été élu, dimanche 26 juin à Rome, directeur général de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Il devient ainsi le premier représentant d'Amérique latine à diriger cette agence de lutte contre la faim et succède au Sénégalais Jacques Diouf, aux commandes de cette organisation depuis dix-sept ans.

Publicité

A 61 ans, l'ancien ministre de la Sécurité alimentaire du charismatique Lula peut s'enorgueillir de son expérience. Proche des syndicalistes, professeur à l'université, José Graziano da Silva a contribué à former toute une génération de professionnels dans le domaine du développement rural.

Mais surtout il incarne le programme brésilien de lutte contre la faim : « Faim zéro » (Fome Zero), reconnu par le monde entier pour avoir été un succès. Très original, il se basait sur la participation des femmes puisque ce sont elles qui recevaient les transferts d'argent. « Faim zéro » a contribué à sortir, en cinq ans, 24 millions de personnes de l'extrême pauvreté et réduire d'un quart la sous-alimentation du pays.

Economiste et agronome, José Graziano peut aussi se targuer de bien connaître les rouages de l'agence onusienne. Depuis 2006, il en est l'un des sous-directeurs et le représentant pour l'Amérique latine et les Caraïbes.

Lutter contre une aggravation de la sous-alimentation

Et c'est parce qu'il connaît bien la lourdeur administrative de l'Organisation qu'il veut la transformer en profondeur pour en faire un instrument plus efficace. Une efficacité toute relative tant les moyens de la FAO sont dérisoires avec un milliard de dollars de contribution par an. C'est pourtant avec ces moyens que José Graziano da Silva devra atténuer les crises mondiales des prix alimentaires et lutter contre la malnutrition : 925 millions de personnes dans le monde ne mangent pas à leur fin et l’envolée des cours des matières premières agricoles fait redouter une aggravation de la sous-alimentation dans les pays les plus pauvres. Un défi bien identifié lors du tout récent G20 des ministres de l'Agriculture à Paris.

Les associations comme Oxfam attendent de lui l'ouverture d'une nouvelle ère dans l'histoire de la FAO avec à l'horizon l'objectif d'augmenter la production agricole de 70% d'ici 2050 afin de nourrir les 9 milliards d'habitants qui peupleront alors la terre.

Luca Chinotti : «Il faut vraiment que tous les Etats membres trouvent un consensus pour éradiquer la faim»

 

Elu par 92 voix contre 88, José Graziano da Silva remplace Jacques Diouf, qui dirigeait l'organisme depuis dix-sept ans.

Nous avons fixé l’objectif de réduire de moitié le nombre de personnes qui ont faim dans le monde à l’horizon 2015.

Jacques Diouf

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.