Colombie

Le chef de la guérilla des Farc Alfonso Cano tué par l'armée colombienne

Alfonso Cano, le chef des Farc tué par l'armée colombienne, le 4 novembre 2011.
Alfonso Cano, le chef des Farc tué par l'armée colombienne, le 4 novembre 2011. AFP
Texte par : RFI Suivre
4 mn

En Colombie, les autorités ont confirmé la mort d'Alfonso Cano, le chef des Farc, l'organisation de guérilla d'extrême gauche. Selon le ministre colombien de la Défense, Alfonso Cano a été abattu par l’armée. Un coup très dur porté au groupe marxiste, qui n’avait pas subi de telles défaites depuis 2008.

Publicité

Avec notre correspondante à Bogota, Zoe Beri

« Le chemin est le dialogue », ce sont les dernières déclarations connues du commandant en chef de la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc). Un chemin qu’il n’aura pas pu parcourir. Alfonso Cano a été abattu le 4 novembre 2011, au cours d’un bombardement de l’armée dans le département du Cauca, au sud de la Colombie.

Guillermo Leon Saenz, de son vrai nom, était poursuivi depuis plusieurs mois dans cette zone montagneuse où il avait de plus en plus de difficultés à se déplacer.

A 63 ans, Cano était considéré comme un intellectuel et stratège du groupe armé. Il avait succédé à la tête de la guérilla marxiste des Farc, au commandant Manuel Marulanda, le plus vieux guérillero du monde, décédé de mort naturelle en 2008.

Le chef guérillero est véritable trophée pour l’armée : il avait réussi à relancer la guérilla, après de très lourdes pertes, notamment la libération d’Ingrid Betancourt en 2008. Restructurées en petites unités d’élite, les Farc étaient parvenues à répliquer aux pilonnages de l’armée. Ces derniers mois, leurs attaques étaient de plus en plus fréquentes.

Sa mort surprend une guérilla colombienne affaiblie par près de dix ans de combat frontal. Ses effectifs estimés seraient passés de 17 000 hommes à un peu plus de 8 500 combattants qui ont aujourd’hui perdu leur principal chef.

Daniel Pecaut, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), à Paris

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail