EGYPTE

Les Etats-Unis se rangent du côté des manifestants égyptiens

Manifestants sur la place Tahrir, ce vendredi 25 novembre 2011.
Manifestants sur la place Tahrir, ce vendredi 25 novembre 2011. REUTERS/Mohamed Abd El-Ghany
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Dans un communiqué publié par le service de presse de la Maison Blanche, les Etats-Unis ont demandé un transfert complet de pouvoir à un gouvernement civil et un retour aussi rapidement que possible à une gouvernance civile en Egypte.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

Ne voulant pas se voir reprocher une nouvelle fois d’avoir été trop lents à appuyer le mouvement pro-démocratique égyptien, les Etats-Unis ont pour la première fois demandé aux militaires de céder le pouvoir à un gouvernement civil aussi tôt que possible. « Un tel transfert doit avoir lieu de manière juste et sans exclusive pour répondre aux aspirations du peuple égyptien », poursuit le communiqué qui précise que les Etats-Unis pensent que le nouveau gouvernement civil doit être doté immédiatement de l’autorité véritable.

A cet égard, Kamal el-Ganzouri, choisi par les militaires pour former le prochain gouvernement n’apparaît pas comme le candidat idéal, du fait de son appartenance au clan de Moubarak dont il fut le premier ministre dans les années 1990.

L’administration Obama s’engage à se tenir aux côtés du peuple égyptien alors qu’il construit une démocratie digne de son histoire glorieuse. Ce communiqué représente une escalade significative des pressions internationales car les Etats-Unis sont parmi les alliés les plus étroits des militaires égyptiens auxquels ils continuent d’attribuer une aide de plus d’1,3n milliard de dollars par an.

« Critiquer les militaires, écrit le New York Times, pourrait être un pari risqué si le pouvoir tombe entre les mains de dirigeants beaucoup moins bien disposés à l’égard des Etats-Unis ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail