Présidentielle américaine 2012

La course à l'investiture républicaine lancée dans l'Iowa

L'ancien gouverneur du Massachusetts, Mitt Romney est donné favori des sondages.
L'ancien gouverneur du Massachusetts, Mitt Romney est donné favori des sondages. Reuters/Brian Snyder

Aux Etats-Unis, la première élection primaire à lieu ce mardi 3 janvier, dans le camp républicain. L’Iowa organise son « caucus », à 10 mois du scrutin présidentiel. Sept candidats principaux briguent l’investiture du parti conservateur, et c’est l’ancien gouverneur du Massachusetts, Mitt Romney, qui est donné favori des sondages (devant le Texan Ron Paul et l’ex-sénateur de Pennsylvanie Rick Santorum). Mais dans cet Etat rural du Midwest, près d’un électeur républicain sur deux n’a pas encore fait son choix.

Publicité

Avec notre correspondant à Marion dans l’Iowa, Raphaël Reynes

C’est dans le hangar d’une entreprise locale, au milieu des champs de maïs qu’était organisée, lundi l’une des dernières réunions publiques de Mitt Romney. Café chaud et biscuits, on est venu en famille écouter le favori des sondages faire campagne. Mais il y a dans la salle un bon nombre d’indécis à l’instar de Margaret, par exemple :

« J’hésite entre Romney et Newt Gingrich. J’aimerais entendre un peu de passion ! Je veux être sûre qu’il est capable de faire face et de débattre avec Monsieur Obama ».

La passion, le charisme, c’est le point faible de Mitt Romney, et c’est justement pour ça que Brad a fait son choix.

« Ce matin, on est allé écouter Newt Gingrich et je suis venu écouter Romney cet après-midi pour voir si je pouvais changer d’avis… Mais je suis pour Gingrich depuis le début. Je crois que c’est le seul à avoir assez d’expérience pour changer les choses à Washington, ce dont ce pays a besoin ».

Le candidat monte sur scène. Il n’attaque pas ses adversaires républicains, mais uniquement à Barack Obama.

« Juste après sa prise de fonction, il est allé à la télévision et il a dit : ‘si je n’arrive pas à relancer l’économie dans les trois ans à venir, je m’en tiendrai à un seul mandat’… Eh bien je suis là pour lui demander des comptes ».

Quinze minutes de discours qui n’ont pas convaincu Brad : « Non, je n’ai pas changé d’avis, je compte toujours voter pour Gingrich. Mais je suis rassuré pour l’avenir, si c’est Mitt qui gagne le caucus ».

La réunion s’achève par une séance d’autographes, et puis le candidat reprend la route pour un autre meeting dans la soirée.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail