Chili

Incendie du parc Torres del Paine : polémique autour de l'enquête

Lutte contre un incendie de forêt au Chili, ce 3 janvier 2012.
Lutte contre un incendie de forêt au Chili, ce 3 janvier 2012. REUTERS/Jose Luis Saavedra

Au Chili, l’incendie dans le parc de Patagonie Torres del Paine continue. Il a déjà détruit 14 500 hectares de végétation. Deux foyers restent encore actifs, tandis que quatre autres ont été éteints. Quand à l’origine de l’incendie, l’enquête continue et la polémique enfle autour du jeune israélien présumé responsable.

Publicité

Avec notre correspondante au Chili, Claire Martin

Rotem Singer rejette les accusations portées contre lui. Quand aux propos qu’il a soutenus à un média israélien expliquant avoir été mal compris du fait d’une erreur de traduction, ils ont été démentis par son avocate. Le jeune garçon de 23 ans est en réalité resté silencieux durant l’interrogatoire. Il n’a pas non plus avoué, contrairement à ce qu’a déclaré la presse chilienne.

Il aurait été dénoncé par deux de ses compagnons de voyage et compatriotes et par deux Chiliens. Selon eux, il aurait mis le feu à du papier toilette. Soutenu par son père venu d’Israël, il est soumis à une interdiction de quitter la région pendant les trois mois d’instruction. Israël n’assurera pas sa défense mais elle aidera à la reforestation du parc.

Si l’enquête vient de commencer, certains hébergements touristiques de la région ont quand même affiché des panneaux annonçant leur refus de loger des ressortissants d'Israël. Les jeunes israéliens en vacances se comporteraient, selon eux, très mal. Discrimination ? Antisémitisme ? La polémique enfle. Sous la pression des opérateurs, une partie du parc a été cependant réouverte aux touristes. Ce sont 100 000 ha de terrain situés dans la partie nord, jugée sans danger par les autorités.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail