Accéder au contenu principal
Argentine/Royaume-Uni

Les îles Malouines de nouveau au cœur de tensions entre la Grande-Bretagne et l'Argentine

La présidente argentine Cristina Fernandez de Kirchner souhaite que les revendications argentines soient entendues sur la scène internationale et surtout dans la capitale britannique.
La présidente argentine Cristina Fernandez de Kirchner souhaite que les revendications argentines soient entendues sur la scène internationale et surtout dans la capitale britannique. REUTERS/Marcos Brindicci
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Comme chaque année, Buenos Aires a encore une fois, au début du mois, revendiqué sa souveraineté sur les îles Malouines. Le Premier ministre britannique a réagi le 18 janvier avec fermeté : pour David Cameron, l'attitude de l'Argentine vis-à-vis de cet archipel de l'Atlantique sud s'apparente à du « colonialisme » et toute négociation avec l'Argentine est exclue.

Publicité

Depuis 1833, les îles Malouines sont la pomme de discorde entre le Royaume-Uni et l'Argentine. Cette année là, des troupes britanniques débarquent sur l'archipel, situé à quelque 500 km des côtes argentines. En 1982, les Argentins tentent de reprendre ce qu'ils considèrent être leur territoire.

Mais après 74 jours, le Royaume-Uni remporte la guerre. Trente ans plus tard, la présence britannique sur l'archipel demeure une blessure profonde pour l'Argentine. La présidente Kristina Kirchner est déterminé à faire de 2012 l'année des Malouines et souhaite que les revendications argentines soient entendues sur la scène internationale et surtout dans la capitale britannique.

Pour cela, elle dispose notamment d'un levier économique: depuis décembre dernier, les bateaux battant pavillon des îles Malouines sont interdits d'accès dans tous les ports des pays du Mercosur, le marché commun qui regroupe plusieurs Etats d'Amérique latine. Cette décision n'est pas aussi inoffensive qu'il y paraît.

En effet, plusieurs compagnies pétrolières britanniques ont annoncé leur intention d'exploiter des puits offshore dans la zone entre les Malouine et l'Argentine. De son côté, le gouvernement britannique fait savoir, qu'il ne négociera jamais la souveraineté de l'archipel, sauf si ses habitants le souhaitaient.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.