Accéder au contenu principal
Etats-Unis / Chine

Barack Obama diplomate mais ferme en recevant le vice-président chinois Xi

Barack Obama et le vice-président chinois Xi Jinping dans le Bureau ovale à Washington le 14 février 2012.
Barack Obama et le vice-président chinois Xi Jinping dans le Bureau ovale à Washington le 14 février 2012. REUTERS/Jason Reed
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Tout en déroulant le tapis rouge devant le vice-président et futur numéro un chinois Xi Jinping, le président américain Barack Obama a adopté un ton ferme pour définir les futures relations entre les deux pays. Le sujet des droits de l'homme a été évoqué par l'Américain, mais esquivé par le Chinois, alors que 200 Tibétains manifestaient devant la Maison Blanche.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

En recevant dans le Bureau ovale le vice-président chinois, un honneur généralement réservé aux chefs d’Etat ou aux proches alliés, le président Obama a voulu faire preuve d’hospitalité à l’égard de son visiteur. Devant les journalistes, il a utilisé un langage qui, tout en étant diplomatique, ne manquait pas de fermeté. Il a rappelé à la Chine qu’avec la puissance venaient les responsabilités.

« Nous voulons œuvrer avec la Chine à faire en sorte que tout le monde joue selon les mêmes règles en ce qui concerne le système économique mondial, a expliqué le président américain. Cela veut dire qu’il faut qu’il existe un flux commercial équilibré non seulement entre les Etats-Unis et la Chine, mais aussi dans le monde entier. »

Alors que quelque 200 Tibétains manifestaient devant la Maison Blanche, Barack Obama a aussi appelé la Chine à reconnaître les aspirations et les droits de tous les peuples. Xi Jinping, qui n’a pas évoqué les questions soulevées par le président, a préféré plaider en faveur d’une plus grande compréhension mutuelle entre les deux pays.

Le probable futur président de la République populaire de Chine a un point commun avec le président des Etats-Unis : sa passion pour le basketball. Il espère voir à Los Angeles les légendaires Lakers.

Une rencontre à la Une des médias chinois

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

La photo de Xi Jinping et Barack est partout ce mercredi matin même si protocolairement, elle arrive juste après celle réservée au chef de l’Etat chinois, Hu Jintao remettant un prix scientifique lors d’une cérémonie à Pékin.

Cette visite est importante notent unanimement les journaux qui reprennent la phrase du président américain se félicitant de « l’émergence pacifique » de la Chine ; qui reprennent aussi l’expression utilisée mardi par le vice-président chinois : « Lu Zai Jiao Xia ! », (Où est le chemin ? Il est juste sous nos pieds). Autrement dit : la route des relations entre les deux pays est déjà tracée, il suffit de la suivre et tout dépend maintenant de la manière d’avancer ensemble.

Alors effectivement, la route n’est pas plane mais semée d’écueils relevés mardi par le président américain. Barack Obama a en effet profité de la présence de son hôte à la Maison Blanche pour évoquer les griefs des Etats-Unis à l’égard de la Chine souligne le Global Times, concernant notamment un rééquilibrage des relations commerciales, le respect des droits de l’homme et plus de responsabilité dans les affaires internationales après le veto chinois sur la Syrie à l’ONU. Des reproches qualifiés habituellement « d’ingérence » dans les affaires de la Chine, ce qui n’est pas le cas ce matin.

Xi Jinping a simplement demandé aux Etats-Unis d’éviter d’infliger des « perturbations et des dégâts supplémentaires » aux relations entre les deux pays sur les questions sensibles telles que Taïwan ou le Tibet rapporte l’agence Chine nouvelle. Tout en promettant dans le même temps que son pays « continuera à prendre des mesures concrètes et efficaces pour encourager l'équité sociale, la justice, et améliorer la situation des droits de l'homme en Chine ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.