Etats-Unis

Visiter New York hors des sentiers battus avec un «Greeter» new-yorkais

Susan Turok, bénévole new-yorkaise de Greeter.
Susan Turok, bénévole new-yorkaise de Greeter. Karim Lebhour/RFI

Avec 50 millions de touristes en 2011, New York est désormais la ville la plus visitée aux Etats-Unis et la troisième au monde. Des New Yorkais proposent de faire bénévolement découvrir leur quartier aux touristes de passage. Trois cents volontaires participent désormais au programme. L'expérience a été reprise dans plusieurs villes américaines, australiennes et européennes.

Publicité

De notre correspondant à New York

D’un pas rapide, Susan Turok pointe la devanture de Babbo, son restaurant préféré, s’engouffre dans une improbable petite rue pavée près de Washington Square et salue chaleureusement un vendeur de rue indien : « Il fait les meilleurs dosa [galette ou crêpe à base de farine de lentilles, NDLR] de tout Greenwich Village ! » A ses côtés, trois touristes français s’accrochent pour suivre le rythme de cette New Yorkaise énergique et souriante. Professeur en retraite, Susan Turok a rejoint Big Apple Greeter, une association de bénévoles qui se donnent pour mission de faire découvrir leurs quartiers aux visiteurs, hors des sentiers battus.

Depuis 30 ans qu’elle habite dans le Village [raccourci utilisé pour désigner Greenwich Village, NDLR], Susan en connaît tous les recoins : les arrière-cours, les adresses pour les meilleurs bagels [petit beignet, NDLR], une petite échoppe chinoise de thé aux allures de comptoir colonial et la dernière maison de bois à l’angle de Grove Street et Bedford : « J’adore montrer mon quartier aux touristes. L’ambiance ici est très différente des gratte-ciels de Midtown. On trouve encore des petits théâtres et des petites rues qui n’ont pas changé depuis les années 60. »

Nous sommes dans le « vieux » New York, celui où les rues portent un nom, plutôt qu’un numéro. Sur Bleecker Street, Susan s’arrête devant une fromagerie et une pâtisserie italiennes, héritage du passage des immigrés italiens qui peuplaient ce quartier jadis populaire; elle conseille un Capuccino chez Caffe Reggio où les écrivains de la Beat Generation avaient leurs habitudes et fait remarquer les étoiles gravées sur le trottoir, façon Hollywood Boulevard, devant le théâtre Lucile Lortel : « Ça permet de voir des choses qu’on ne remarquerait pas, même avec un plan ou un bon guide, s’enthousiasme Catherine Moutopoulos, une Parisienne qui apprécie la possibilité de « poser des questions sur la vie à New York ».

L’association Big Apple Greeter a été créée en 1992 à l’initiative d’un couple de New Yorkais surpris de rencontrer pendant leurs voyages des gens hésitants à visiter une ville jugée trop grande et trop impressionnante. L’idée est née de leur montrer New York avec les yeux d’un New Yorkais. « Les Greeters ne sont pas des guides et nous ne proposons pas des visites guidées, insiste Gail Morse, la directrice du programme, c’est une visite informelle sans itinéraire établi, comme vous le feriez avec un ami ou un membre de votre famille ».

Aujourd’hui, 300 volontaires participent au programme dans différents quartiers, à Harlem, à Brooklyn, dans le Bronx ou à Greenwich Village comme Susan. « Les gens me disent à chaque fois qu’ils ne pensaient pas trouver des petites rues, des maisons privées et des petites boutiques si typique à New York, se réjouit-elle. L’idée est d’offrir à nos visiteurs quelque chose d’unique ».

Infos pratiques

 

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail