Accéder au contenu principal
Haïti/ONU

Haïti : la polémique sur l'origine de l'épidémie de choléra est relancée

L’ex-président américain Bill Clinton  (G) et Michel Martelly (D), le président de Haïti, à New York, le 19 septembre 2011.
L’ex-président américain Bill Clinton (G) et Michel Martelly (D), le président de Haïti, à New York, le 19 septembre 2011. REUTERS / Lucas Jackson
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Bill Clinton, émissaire spécial des Nations unies pour Haïti a mis le feu aux poudres en annonçant que l'apparition de l'épidémie en octobre 2010 en Haïti, était due à un officier népalais de la Minustah, alors que les Nations unies ont toujours nié leur responsabilité.

Publicité

Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

Bill Clinton était en déplacement dans la province haïtienne quand il a affirmé que, c'est sans le savoir, sans le vouloir qu'un casque bleu ou soldat d'Asie du Sud a introduit le virus dans le pays. Ce membre de la Minustah, Mission des Nations unies pour la stabilisation d'Haïti, était porteur de la maladie mais aurait pu ne pas en avoir les symptômes.

Cette déclaration de l'ancien président américain, émissaire spécial des Nations unies pour Haïti, est pour le moins surprenante car elle est en totale opposition avec le discours tenu depuis le début de l'épidémie par la Mission de l'ONU.

De nombreuses études scientifiques ont indiqué qu'une base népalaise de la Minustah était la source du choléra mais l'ONU n'a jamais voulu reconnaître cette conclusion, évoquant plutôt une combinaison de facteurs.

La déclaration de Bill Clinton vient relancer le débat et les victimes et familles de victimes qui ont porté plainte à New York contre les Nations unies ne vont pas manquer de reprendre les mots de l'ancien président américain.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.