Cuba / Vatican

Fin de la visite de Benoît XVI à Cuba : l'embargo américain contre les droits de l'homme

Benoît XVI et Fidel Castro, dont c'était la première rencontre, ont eu un «échange intense et cordial» selon le Vatican, le 28 mars 2012.
Benoît XVI et Fidel Castro, dont c'était la première rencontre, ont eu un «échange intense et cordial» selon le Vatican, le 28 mars 2012. REUTERS/Alex Castro

Le pape Benoît XVI a quitté Cuba ce mercredi 28 mars 2012, au terme d'une visite de trois jours. Le chef de l'église catholique a rencontré Fidel Castro, l'ancien dirigeant historique du régime cubain peu avant son départ et lors de sa dernière allocution, à l'aéroport, le pape a émis quelques critiques sur le régime tout en dénonçant diplomatiquement l'embargo américain.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à La Havane, Geneviève Delrue

En quittant la Havane, Benoît XVI a pris de la distance avec une prudence qui a été de mise pendant tout son voyage à Cuba. Abordant dans son discours de départ le thème de la construction d’une société nouvelle et réconciliée, il a lié cette perspective au respect des libertés : « que personne ne se voit empêché de participer à cette tâche passionnante par une restriction des libertés fondamentales», a-t-il lancé.

Mais ces propos ont été en quelque sorte diplomatiquement contrebalancés par une critique de l’embargo américain. Sans le nommer expressément, le pape a évoqué les «restrictions imposées de l’extérieur» qui pèsent sur les populations. Une prise de position semblable à celle de Jean-Paul II en 1998 et qui a sans doute plu à son interlocuteur, le président cubain Raùl Castro.

La rencontre entre Benoît XVI et Fidel Castro

L’entretien, qui a duré trente minutes, a eu lieu à la nonciature et à la demande de Fidel Castro. On a pu le voir en photo debout, en veste de survêtement, aux côtés du pape souriant. Un entretien très cordial selon le père Lombardi, le directeur de la salle de presse du Saint-Siège. Selon le père Lombardi, Fidel Castro a demandé au pape des explications un peu curieuses sur la réforme liturgique. Ils ont également échangé sur des questions culturelles et Fidel Castro a demandé au pape de lui envoyer des livres sur tous ces sujets.

Laisser plus d'espace à l'Eglise

A Cuba , Benoit XVI est venu encourager la pratique religieuse mais aussi inciter le régime cubain à laisser l’Eglise devenir un acteur au sein de la société. Cela dans la perspective, à moyen terme, du rôole qu’elle pourrait jouer dans la mutation du système castriste. Une stratégie qui suppose patience et prudence, quitte à décevoir ceux des Cubains qui attendaient davantage de la visite de Benoît XVI.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail