Accéder au contenu principal
Chili

Chili : un policier décède après une perquisition dans une communauté mapuche

Des indiens Mapuches armés de lances gardent leurs terres au village de Temucuicui, à 600 km au sud de Santiago.
Des indiens Mapuches armés de lances gardent leurs terres au village de Temucuicui, à 600 km au sud de Santiago. AFP/Martin Bernetti
Texte par : RFI Suivre
1 mn

Au Chili, à plus de 600 km au sud de la capitale, se déroulent aujourd’hui les obsèques d’un policier des forces spéciales. Il est mort lundi après une perquisition dans une communauté mapuche près de la ville de Temuco. S’il n’y a encore aucun suspect désigné, tous les yeux se tournent vers les Mapuches. Au sein de ce peuple indien, une minorité réclame des terres qu’elle considère ancestrales. Celle-ci est pourchassée par la police.

Publicité

Avec notre correspondante à Santigo, Claire Martin

Les circonstances de la mort du sergent des forces spéciales Hugo Albornoz sont encore confuses. Selon le préfet de la région, la police aurait été victime « d’une embuscade ». Elle menait une perquisition dans la communauté mapuche Wente Winkul, et c’est après, en sortant, qu’elle aurait été attaquée.

Le sergent a été touché au cou, il a succombé de sa blessure à l’hôpital. Le ministre de l’Intérieur a annoncé hier la création d’un Comité spécial de sécurité. Il s’agit, selon Rodrigo Hinzpeter, d’analyser les actions violentes dans la région et d’accélérer les procès contre leurs auteurs. Une justice plus expéditive donc et sans doute une augmentation des contrôles.

Les associations de défense des droits de l’homme critiquent les perquisitions, la partialité et le racisme de la justice face aux Mapuches et la violence des opérations policières. La lutte menée par une minorité de Mapuches pour récupérer ce qu’elle considère ses terres ancestrales a commencé dans les années 90. Depuis, trois indiens sont morts par balle policière. Jamais jusqu’ici, un policier n’avait été tué. Si rien ne prouve que le criminel est Mapuche, une escalade de la violence est à craindre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.