Accéder au contenu principal
Revue de presse des Amériques

A la Une : Affaire «Danziger Bridge» aux Etats-Unis

Texte par : Valérie Rohart
5 mn

Publicité

Une affaire de justice fait la Une de la presse aux Etats-Unis, à la Nouvelle Orléans. Une affaire connue sous le nom de « Danziger Bridge » et qui fait la Une du New York Times et du journal de la Nouvelle Orléans, le Times Picayune… C’était au matin du 4 septembre 2005 soit quelques jours après le passage de l’ouragan Katrina… Au milieu du chaos indescriptible qui régnait alors, une vague de violence s’était abattue sur la ville. Une petite dizaine de rescapés, dont une famille entière, tous noirs, marchaient sur ce pont Danziger qui enjambe le Mississippi, quand une voiture de police s’est arrêtée. Elle avait été appelée sur place pour une fusillade. Les cinq policiers qui disent avoir été visés par des tirs ont ouvert le feu : bilan deux morts et quatre blessés, tous des civils non armés. L’affaire avait scandale car dans un premier temps, ces policiers n’avaient pas été poursuivis, puis condamnés à des peines légères. Mais finalement la justice est passée et les peines sont lourdes : les quatre policiers qui ont tiré sont condamnés à des peines de 38 à 65 ans de prison, le cinquième qui dirigeait l’équipe est condamné à six ans.  « Ils sont condamnés pour avoir tiré mais aussi pour avoir orchestré une vaste dissimulation de leurs gestes après » explique le New York Times.

Affaire Amado Boudou en Argentine

Une autre affaire de justice concerne cette fois l’Argentine et vise ni plus ni moins que le vice-président. Amado Boudou est soupçonné d’être intervenu auprès de l’administration des impôts pour sauver de la faillite une imprimerie. Cette imprimerie Ciccone se serait vue confier ensuite l’impression des billets de 100 pesos. Les enquêteurs soupçonnent une affaire de trafic d’influence et de blanchiment d’argent. Depuis que l’affaire a éclaté il y a un mois, Amado Boudou se défend. Mais hier, un appartement du vice-président argentin a été perquisitionné et cela fait bien sûr la Une de la presse argentine. La Nacion visiblement bien informée, affirme que les enquêteurs ont découvert que les dépenses de cet appartement ont été payées par le directeur de l’imprimerie Ciccone, qu’Amado Boudou dément connaître. « Pendant que l’appartement était perquisitionné, Amado Boudou était avec Kristina Kirchner au palais présidentiel pour élaborer une déclaration officielle », explique La Nacion.

Affaire Martelly-Bautista entre Haïti et Saint-Domingue

Un sénateur de Saint-Domingue, Felix Bautista aurait financé la campagne électorale du président d’Haïti, Michel Martelly. « Bautista nie tout » titre Le Nouvelliste à Port-au-Prince. Selon le communiqué publié par le sénateur et cité par le journal haïtien, l’enquête intitulée « Le chemin des millions » menée par la journaliste Nuria Piera comporte des « informations altérées », des « distorsions » et ce serait au bout du compte « une campagne de diffamation » selon le sénateur.  Félix Bautista a annoncé qu’il se réservait le droit de la poursuivre en diffamation mais « chaque chose en son temps », dit-il car il est actuellement en campagne. Le Nouvelliste cite aussi les dénégations du président haïtien qui est censé avoir accepté 2,5 millions de dollars entre février et novembre 2010 : « Si nous avions dû prendre de l’argent, ce n’est pas cette petite somme qu’on aurait pris » dit-il. Il a par ailleurs invité à vérifier les comptes dont les numéros sont cités dans l’enquête...
Hugo Chavez est rentré au Venezuela 
Le président vénézuélien n’avait pas donné signe de vie depuis samedi ce qui avait alimenté - réalimenté devrait-on dire - les rumeurs sur son état de santé. Toute la presse publie la photo de son retour au pays, mais ce n’est curieusement pas à Caracas qu’il est rentré mais à Barinas, sa ville natale où il a été accueilli par ses parents et ses frères. El Nacional titre avec les premiers mots d’Hugo Chavez à son arrivée à Barinas : « Je suis accroché à la vie ». Dans El Universal, le président vénézuélien se veut absolument rassurant. « La phase postopératoire a été tellement positive que nous avons pu commencer la seconde chimiothérapie avec un mois d’avance... »

A Cuba, les coopératives s’ouvrent à d’autres secteurs que l’agriculture
 
A Cuba, le transfert vers l’économie de marché se poursuit doucement. Le journal cubain basé en Floride, El Nuevo Herald, annonce que Cuba va étendre l’expérience des coopératives à des secteurs non-agricoles. Le vice-président du Conseil des ministres a tout de suite tenu à rassurer : « les règles fondamentales de fonctionnement de ces nouvelles coopératives ont été définies pour préserver le rôle régulateur de l’Etat... » Au cours du Conseil des ministres qui a pris cette décision, le gouvernement a également fait un bilan des coopératives agricoles, les seules autorisées jusqu’à présent, et fait ce constat : « il faut perfectionner leur fonctionnement, leur structure et leur composition ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.