Accéder au contenu principal
Colombie

Colombie : clôture du 6e sommet des Amériques sans déclaration finale

La photo de famille des dirigeants politiques au 6e sommet des Amériques, à Carthagène en Colombie, le 15 avril 2012.
La photo de famille des dirigeants politiques au 6e sommet des Amériques, à Carthagène en Colombie, le 15 avril 2012.
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le sixième sommet des Amériques s'est achevé le 15 avril à Carthagène, en Colombie. Aucune déclaration finale n'a été publiée. Une trentaine de dirigeants du continent américain étaient présents. Ils ne sont pas parvenus à trouver un accord sur la participation de Cuba au prochain sommet. Les Etats Unis s'opposent toujours fermement à cette initiative. 

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Carthagène, Zoé Berri

Ce n’est pas une surprise. Plusieurs sujets ont fait blocage, le principal, c’est Cuba. Sa participation aux réunions multilatérales n’est pas envisagée par les Etats-Unis alors que les pays latino-américains y sont favorables.

Les pays de l’Alba (l'Alliance bolivarienne des pays de la gauche latino-américaine) regroupés derrière le Venezuela d’Hugo Chavez ont insisté : si le prochain sommet des Amériques, dans trois ans, se fait sans Cuba, ils n’y seront pas.

Autre point de friction : la question de la souveraineté des îles Malouines qui opposent l’Argentine au Royaume-Uni. Elle n’a pas été évoquée dans les communiqués officiels. Seul le troisième thème sensible de ce sommet a finalement fait l’objet d’un consensus : les drogues.

L’organisation des Etats américains étudiera de nouvelles approches pour combattre le narcotrafic et évaluera les coûts et l’efficacité d’autres solutions que l’actuelle répression.

Le président colombien a tenu à défendre malgré tout le bilan des réunions dont il a souligné la sincérité, faisant allusion aux discussions souvent tendues qui se sont déroulées à huis clos et ont pris parfois pour cible les politiques de Washington dans la région.

« Barack Obama repart conscient des nécessités de l’Amérique latine », a commenté sobrement le chef de l’Etat colombien et conscient de la perte d’influence des Etats-Unis sur le reste du continent.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.