Accéder au contenu principal
CUBA

Le dissident José Daniel Ferrer est libre

José Daniel Ferrer, le 25 mars 2012.
José Daniel Ferrer, le 25 mars 2012. REUTERS/Mariana Bazo
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les autorités cubaines ont remis José Daniel Ferrer en liberté dimanche 29 avril 2012. Cet opposant avait été emprisonné suite à la « vague de répression » qui a suivi la visite du pape fin mars à La Havane.

Publicité

José Daniel Ferrer faisait partie des 42 dissidents interpellés en marge de la visite papale fin mars, mais il est le seul à ne pas avoir été relâché dans la semaine qui a suivi.  « Physiquement je ne suis pas très bien, mais le moral est très bon », a déclaré l'opposant de 41 ans après sa libération dimanche.

S'il est libre aujourd'hui, il n'est pas tiré d'affaire pour autant. Sa libération est, en quelque sorte, une mise en résidence surveillée : il va encore devoir comparaitre pour trouble à l'ordre publique.

Il est d'ailleurs prévenu : les autorités surveilleront son attitude et si les actions qu'il organise, finance et initie, sont jugées « contre révolutionnaires », il retournera immédiatement à la case prison.

S'il se contente d'écrire, son affaire pourrait se terminer en non-lieu affirment les autorités. « Mais j'ai l'intention de continuer », affirme José Daniel Ferrer. Chef de l'Union Patriotique de Cuba, un mouvement interdit, Ferrer fait partie des 75 dissidents condamnés lors du printemps noir de Cuba en 2003 et dont le sort a longuement été négocié par l'Eglise catholique cubaine en général et avec le cardinal Jaime en particulier. Son parti est l'un des mouvements les plus actifs dans la partie est de l'île.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.