Mexique

Mexique: les compagnies minières étrangères confrontées au racket des cartels de la drogue

Un groupe d'officiers de l'armée fédérale méxicaine envoyé sur une opération anti-drogue le 26 août  2010.
Un groupe d'officiers de l'armée fédérale méxicaine envoyé sur une opération anti-drogue le 26 août 2010.
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Mexique, le gouvernement s’inquiète pour les investissements étrangers. Les mafias et cartels de la drogue s'attaquent maintenant aux mines d'or et d'argent qui doivent payer un droit du sol pour travailler, sous peine de se voir confisquer les fourgons du précieux métal.

Publicité

Avec notre correspondant à Mexico, Patrice Gouy

Le gouvernement mexicain a mis en place une cellule de crise pour lutter contre les extorsions dont sont victimes les entreprises étrangères, en particulier celles de l’industrie minière. Felipe Calderón a construit son modèle de développement sur les investissements étrangers directs (IED) qui se sont montés l’an dernier à 15 milliards d’euros. Ce secteur minier est particulièrement important pour l’économie mexicaine. C’est la seconde source de devises du pays, et il emploie deux millions de personnes.

Sur les 1 500 compagnies métallurgiques que compte le Mexique, 800 sont à capitaux étrangers mais 300 entreprises ont déjà fait l’objet de racket de la part des mafias qui menacent personnellement les cadres dirigeants de ces entreprises. Les compagnies canadiennes qui exploitent la plupart des mines d’or et d’argent du pays sont particulièrement visées et commencent à s’interroger sur l’avenir.

Leur départ ou de moindres investissements pour des raisons de sécurité seraient catastrophiques pour le Mexique qui jusqu’alors, n’avait privilégié que la sécurité juridique des investissements, oubliant la sécurité physique des investisseurs.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail