Accéder au contenu principal
Sommet de Rio / Environnement

Ban Ki-moon reçoit des militants déçus par l'accord conclu au siège du Rio+20

Un Indien participant au Sommet des Peuples du 15 au 23 juin 2012, en marge du sommet de Rio de Janeiro, le 22 juin 2012.
Un Indien participant au Sommet des Peuples du 15 au 23 juin 2012, en marge du sommet de Rio de Janeiro, le 22 juin 2012. AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

A Rio, le sommet de l'ONU sur le développement durable s'est achevé vendredi 22 juin 2012 alors que le Forum des Peuples, qui rassemble les militants de la société civile, poursuit ses activités jusqu'au 23 juin. Ces deux mondes, que tout sépare, ont fini par se rencontrer vendredi à Rio, lorsque le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a reçu une délégation de militants très critiques envers l'accord conclu au siège du Rio+20.

Publicité

Avec notre correspondant à Rio de Janeiro, Martin Bernard

L'enjeu était considérable pour les Nations unies organisateur de ce sommet. Pour beaucoup, cet objectif d'amener tous les pays du monde à changer de mode de développement a semblé hors de portée, au regard du contexte international actuel.

Ce sommet se termine donc, pour de nombreux observateurs, sur une vraie note d'espoir, tandis que d'autres repartent du Brésil avec un sentiment d'échec.

Car c'était un peu la rencontre de deux mondes, séparés par une distance de quarante kilomètres, d'un bout à l'autre de la ville, les uns et les autres passant leur temps à s'ignorer ou à se critiquer.

Pourtant, Ban Ki-moon a finalement reçu un groupe de trente militants au centre de conférence du Rio+20. Cinq représentants de groupes altermondialistes ont pu s'adresser directement au secrétaire général de l'ONU. Ils lui ont tout d'abord dit qu'ils ne sont pas dupes et qu'ils ne croient pas que les décisions prises pourront améliorer la qualité de leurs vies. Ensuite, ils lui ont ont précisé que l'accord négocié par la communauté internationale est nettement insuffisant.

Les militants réunis à Rio considèrent également que l'ONU est sous l'emprise de grandes sociétés multinationales. L'occasion de procéder à une attaque en règle contre ce que l'on appelle de plus en plus souvent « l'économie verte ». Ban Ki-moon a rétorqué que « l'économie verte » n'était pas une nouvelle idéologie et que l'important était bien de réussir à produire en polluant moins.

Une rencontre protocolaire entre le monde des gouvernants et celui des ONG, mais qui montre que les ponts ne sont pas tout à fait rompus entre les deux bords.

Pour en savoir plus :

- Site officiel de Rio+20

- Site du Forum des Peuples

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.