MEXIQUE

Au Mexique, des élections présidentielle et législatives marquées par la guerre contre le narcotrafic

Enrique Pena Nieto (D) est donné vainqueur par les sondages pour la présidentielle. (Photo datée du 28 juin 2012).
Enrique Pena Nieto (D) est donné vainqueur par les sondages pour la présidentielle. (Photo datée du 28 juin 2012). REUTERS/Tomas Bravo
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Mexique, les quelque 80 millions d'électeurs sont appelés à choisir leur nouveau président ce dimanche 1er juillet 2012. Le Parlement et une partie du Sénat seront également renouvelés. Le président sortant, Felipe Calderon, ne peut pas se représenter. La candidate de son parti conservateur, Josefina Vazquez Mota, n'arrive qu'en troisième position dans les intentions de vote. Elle paie les frais de la guerre contre le narcotrafic, lancée en 2006 par Felipe Calderon et qui a fait 50 000 morts en six ans.

Publicité

Tous les sondages réalisés ces dernières semaines au Mexique s'accordent sur un point : ce que les Mexicains veulent avant tout, c'est la fin de la violence extrême qui sévit dans leur pays.

Les corps mutilés et exposés au bord des routes nationales, les cadavres pendus sous des ponts ou sur des places publiques, des règlements de comptes entre gangs rivaux en pleine journée sont des images d'horreur devenues la douloureuse routine et le traumatisme collectif de la population civile.

Selon une étude de l'Université de Mexico, la violence liée au trafic de drogue influe largement sur le quotidien des Mexicains. D'après cette étude, 61% d'entre eux ne sortent plus le soir. Par peur des actes violents perpétrés par les cartels de la drogue, 30% évitent des autoroutes. Et 22% ne participent plus à des événements publics, comme les concerts ou les compétitions sportives.

Aux yeux de la majorité des Mexicains, la guerre contre le narcotrafic, lancée par Felipe Calderon en 2006, est un échec et n'a fait qu'aggraver la violence dont souffre le pays. Le choix des électeurs sera difficile. Aucun candidat en lice pour la présidence n'a proposé un programme clair pour y mettre un terme.

D'après les sondages, c'est Enrique Pena Nieto, le leader du Parti révolutionnaire institutionnel, qui devrait succéder à Felipe Calderon. Les résultats définitifs devraient être publiés un peu avant minuit, en temps universel.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail