CUBA

Des cas de choléra signalés à Cuba

Les médecins cubains partis en Haïti au moment de l’épidémie de choléra pourraient avoir rapporté la bactérie. L'Estère en Haïti, le 26 octobre 2010.
Les médecins cubains partis en Haïti au moment de l’épidémie de choléra pourraient avoir rapporté la bactérie. L'Estère en Haïti, le 26 octobre 2010. Reuters/ MINUSTAH / Sophia Paris

Des premiers cas de choléra ont été signalés dans la province de Granma dans le sud-est du pays. Et désormais, c'est la capitale La Havane qui vit dans la peur d'une épidémie, d'autant que l'origine de cette propagation demeure pour l'instant inconnue.

Publicité

Les autorités cubaines habituellement peu loquaces sur tout ce qui pourrait porter atteinte à l'image du pays, avaient annoncé dès le mardi 3 juillet que le choléra avait fait trois victimes dans la ville de Manzanillo.

Selon le communiqué du ministère de la Santé, il n'y avait pas de risque d'épidémie. Mais une femme de soixante ans a depuis été diagnostiquée à La Havane, selon un médecin cubain contacté par la BBC.

Plusieurs organes de presse font état d'au moins quinze morts dans le pays, et des témoins rapportent qu'une véritable panique s'est emparée de la population dans la province la plus touchée, où plus de mille cas auraient été répertoriés.

Le journal local La Demajagua reste cependant totalement silencieux sur cette épidémie. Jointe par le quotidien américain Miami Herald, une militante des droits de l'homme déclare que la population fait désormais bouillir l'eau avant de la boire, mais que la pénurie de savon rend les mesures d'hygiène préconisées difficiles à appliquer.

L'origine de l'épidémie est inconnue pour l'instant. Le ministère de la Santé évoque la contamination de puits, mais d'autres sources indiquent que les médecins cubains partis en Haïti pour venir en aide à la population au moment de l'épidémie de choléra pourraient avoir rapporté la bactérie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail