MEXIQUE

Au Mexique, la gauche veut faire invalider les résultats de la présidentielle

Les supporters d'Andres Manuel Lopez Obrador protestent contre les résultats des élections, à Mexico le 12 juillet 2012.
Les supporters d'Andres Manuel Lopez Obrador protestent contre les résultats des élections, à Mexico le 12 juillet 2012. REUTERS/Edgard Garrido
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Mexique, la coalition des partis de gauche menée par Andres Manuel Lopez Obrador a déposé, jeudi 12 juillet, un recours en invalidation des élections présidentielles du 1er juillet dernier. Il avait été battu de six points par Enrique Peña Nieto, candidat du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI).

Publicité

Avec notre correspondant à Mexico, Patrice Gouy

Andres Manuel Lopez Obrador ne porte pas plainte pour fraude mais pour non respect de la Constitution. Il estime que l’Institut fédéral électoral n’a pas fait correctement son travail. Les principes de certitude, de légalité, d'indépendance et d'impartialité de ces élections n’ont pas été respectés selon lui.

Lopez Obrador a remis au tribunal électoral un dossier de 600 pages apportant les preuves des irrégularités : il reproche à Enrique Peña Nieto des achats de votes, des pressions sur les électeurs, le non respect des temps de parole dans les radios et télévisions ainsi que l’utilisation d'enquêtes manipulées.

Un autre volet concerne le financement de la campagne. Peña Nieto a dépensé 400 millions de dollars de plus que les sommes autorisées et a bénéficié des ressources publiques des 20 Etats gouvernés par le PRI. Ce qui lui aurait permis d’obtenir cinq millions de votes, lui donnant la victoire.

Pour mettre le tribunal devant le fait accompli, Peña Nieto s’est déjà fait reconnaître par les chefs d'Etat et organismes internationaux alors que le tribunal électoral a jusqu'au 6 septembre pour valider ou non cette élection présidentielle.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail