Etats-Unis

Fusillade à Denver: Barack Obama appelle ses compatriotes au recueillement

Le président Barack Obama s'adresse à ses compatriotes depuis Fort Myers en Floride, le 20 juillet 2012.
Le président Barack Obama s'adresse à ses compatriotes depuis Fort Myers en Floride, le 20 juillet 2012. REUTERS/Kevin Lamarque

Après le massacre perpétré dans la nuit de jeudi à vendredi 20 juillet à Aurora, à côté de Denver dans le Colorado, dans une salle de cinéma qui projetait le dernier volet de la trilogie Batman, Barack Obama a écourté sa tournée électorale et a rendu hommage, dans un discours prononcé en Floride, aux 70 personnes touchées par balle, dont 12 sont décédées.Le président américain a souligné que ce n'était pas un jour pour la politique, mais pour la prière et la réflexion.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

Le président Obama s’est adressé aux Américains. Il se trouvait en Floride pour une réunion électorale, mais a déclaré que ce n’était pas un jour pour faire de la politique. Il convient pour l’heure, selon lui, de « prier » et de méditer.

Avant de regagner Washington, écourtant sa tournée, le président américain a demandé à ses supporters de respecter une minute de silence à la mémoire des victimes.

« Nous allons prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de notre peuple, a déclaré Barack Obama. Nous serons aux côtés de nos voisins du Colorado tout au long de ce moment très difficile à traverser. J’ai pu discuter avec le maire d’Aurora, ainsi que le gouverneur du Colorado pour exprimer, pas seulement au nom de Michèle et moi, mais au nom de la famille américaine, à quel point nous sommes désolés. »

Comme Barack Obama, Mitt Romney a suspendu sa campagne et exprimé son soutien aux familles des victimes.

L’auteur de la fusillade a été identifié. Il s’agit d’un étudiant de 24 ans, James Holmes. Il n’a opposé aucune résistance au moment de son arrestation dans le parking du cinéma.

Un étudiant brillant

Tant de violence, tant de mal, cela n’a aucun sens

Barack Obama

Selon ses professeurs, cet étudiant en neurosciences était un étudiant brillant. James Holmes avait minutieusement préparé son attaque. Il avait acheté un billet pour entrer dans le cinéma, puis en était ressorti par la porte de secours qui donnait sur le parking où il avait garé sa voiture. Il a alors revêtu sa tenue de combat et est entré de nouveau dans la salle, et après avoir jeté une ou plusieurs grenades lacrymogènes et avoir tiré un coup en l’air, il a commencé à viser les spectateurs. Les armes qu’il a utilisées avaient toutes été achetées légalement.

Le chef de la police a confirmé que l’appartement de Holmes était piégé et que les policiers prenaient de grandes précautions pour désamorcer divers engins explosifs et inflammables. L'opération pourrait prendre plusieurs jours. Cinq bâtiments voisins ont été évacués par mesure de sécurité, ainsi que deux autres sur le campus de l’université que fréquentait le tireur.

La fusillade a soulevé une vive émotion à travers tous les Etats-Unis

Condoléances et messages de sympathie affluent de toute part.

« Bouleversé »

Un rescapé de la fusillade a confié à la chaîne de télévision américaine CNN son témoignage : « Nous étions en train de regarder le film, c'était une scène de fusillade, il y avait des coups de feux, et soudain j'ai entendu un grand ' bang ' venir du côté droit de la salle. De la fumée a envahi toute la salle, c'était une fumée très épaisse et personne ne pouvait plus rien voir.

Ma sœur, qui était à côté de moi, se demandait ce qui se passait. J'ai vu cinq personnes blessées qui tentaient de partir, elles saignaient. Le pire que j'ai vu, c'est une jeune fille couverte de sang. Avant que tout le monde ne sorte et que la situation soit totalement sous contrôle, un policier a quitté la salle avec une petite fille dans les bras. Elle ne bougeait pas.

J'ai entendu un autre témoin, qui était au téléphone. Et ce qui m'a vraiment bouleversé, c'est de l'entendre dire à son interlocuteur qu'il avait vu les impacts de balle dans le dos de la petite fille. »

La diffusion de dernier volet de Batman perturbée

Dans nombre de villes dont New York et Washington, les autorités ont posté des policiers aux abords des salles qui projettent le film Batman, afin d’éviter que James Holmes qui s’était teint les cheveux en rouge, la couleur de ceux du «Joker» (le personnage du 'méchant' dans le film NDLR), ne fasse des émules. Le studio Warner Brother a adressé un message de sympathie aux victimes et annulé la première de Batman à Los Angeles et Paris. Le réalisateur, Christopher Nolan, a lui déploré une «tragédie absurde» et fait part de son chagrin.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail