Etats-Unis / Fusillade du Colorado

Aurora: la personnalité de l'auteur de la fusillade se précise et l'enquête avance

Barack Obama, en visite à Aurora dimanche 22 juillet 2012, salue le maire de la ville Steve Hogan (C) et le chef de la police Dan Oats (G)
Barack Obama, en visite à Aurora dimanche 22 juillet 2012, salue le maire de la ville Steve Hogan (C) et le chef de la police Dan Oats (G) AFP/Saul LOEB

Le président américain Barack Obama s'est rendu ce dimanche à Aurora, où a eu lieu le crime, à la rencontre des familles des 12 tués et des 58 blessés de la fusillade. 48 heures après la fusillade du Colorado, certains détails commencent à percer qui donnent une meilleure idée de ce qui s’est passé et de la personnalité du tireur, James Holmes. Celui-ci comparaîtra pour la première fois devant un juge ce lundi 23 juillet.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

Craignant que sa présence ne détourne l’attention de la cérémonie organisée par la ville pour honorer les victimes, le président Obama a préféré ne pas y participer et s’est limité à faire une déclaration avant de quitter l’hôpital où sont soignés les blessés.

... je ne suis pas là avec eux en tant que président mais davantage en tant que père de famille et mari. Les mots sont bien peu dans ce genre de situation mais mon rôle, en tant que représentant du pays tout entier, (est) de leur faire savoir que l'on pense à eux... et que l'on continuera à penser à eux...

Visiblement très ému, Barack Obama a raconté ses entretiens avec les parents des victimes

L’acte du tireur, a-t-il ajouté, s’estompera et nous ne souviendrons que des braves gens, car il y a eu de nombreux héros qui, dans cette tragédie, n’ont pas hésité à mettre leur vie en danger pour en sauver d’autres. Lors de la cérémonie du souvenir, il n’y avait pas un oeil de sec quand le gouverneur a lu les noms des victimes demandant à la foule de répéter : «We’ll remember» (Nous nous souviendrons), alors que des dizaines de ballons en forme de coeur étaient lâchés dans le ciel.

Près du cinéma où a eu lieu la tuerie, les bouquets de fleurs et les messages de sympathie s’amoncellent. Douze croix blanches ont été plantées dans le sol. Elles ont été apportées par l’homme qui en 1999 avait fabriqué les 13 croix honorant les victimes de Colombine.

La personnalité de James Holmes se précise

L'enquête se poursuit. Selon la police, le nombre des victimes aurait pu être encore beaucoup plus élevé si le fusil d’assaut de James Holmes ne s’était enrayé, le forçant à changer d’arme et permettant ainsi à un certain nombre de spectateurs de s’échapper. Après le déminage de son appartement, les enquêteurs ont pris possession de son ordinateur, et ont découvert une affiche et un masque de Batman.

Holmes avait fait une demande d’admission à un club de tir, mais son directeur s’était inquiété de l’étrange message sur son répondeur, et avait ordonné de ne pas le laisser s’entraîner avant qu’il ait eu un entretien en tête à tête avec lui. Nénamoins, ce qui continue de surprendre le plus ceux qui l’ont connu, c’est combien il avait l’air d’un étudiant normal.

La chaîne ABC News a obtenu une vidéo d’un exposé qu’il avait fait il y a six ans lors d’un séminaire d’été à son université: « Hello, je m’appelle James. Cet été j’ai travaillé sur l’illusion temporelle. C’est une illusion qui vous permet de changer le passé. Mon professeur étudie l’expérience subjective, ce qui se passe dans le cerveau par opposition au monde extérieur. A partir de ses travaux, j’ai aussi étudié l’expérience subjective», raconte l'auteur de la fusillade.

Cette image d’un étudiant studieux et intelligent est bien différente de celle du tueur démoniaque d’Aurora qui, selon ses gardiens à la prison où il attend de comparaître ce matin devant un juge, continue de se prendre pour le «joker», le personnage mauvais du film.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail