La Revue de Presse des Amériques

A la Une : Chavez ressuscite Bolivar

5 mn

Publicité

Le visage du libérateur de l’Amérique Latine en 3D

Le président vénézuélien, Hugo Chavez présente le portrait en 3D du héros de l'indépendance, Simon Bolivar à l'occasion d'une cérémonie marquant son anniversaire. Photo :  Caracas, le 24 juillet 2012.
Le président vénézuélien, Hugo Chavez présente le portrait en 3D du héros de l'indépendance, Simon Bolivar à l'occasion d'une cérémonie marquant son anniversaire. Photo : Caracas, le 24 juillet 2012. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

Une photo fait ce mercredi 25 juillet 2012 la Une de tous les journaux vénézuéliens. Il s’agit d’un portrait numérique du héros national Simon Bolivar, mort en 1830 après avoir mené l'insurrection contre la puissance coloniale espagnole. L’image en 3D a été réalisée à l'aide de mesures faites sur la dépouille de Bolivar, et, rapporte El Nacional, « d'une technologie de pointe qui a permis de réaliser une photographie axiale de tous les détails du visage du Libérateur ».
 
Le président vénézuélien Hugo Chavez qui a dévoilé mardi 25 juillet 2012 cette photo. Dans une cérémonie officielle à la présidence de la République, Chavez s’est exclamé : « Vive Bolivar, voici son visage ! ». Le président vénézuélien et candidat à sa propre succession s’est félicité ensuite de la « résurrection » du libérateur de l’Amérique Latine. Et comme il est en pleine campagne électorale, il n’a pas pu s’empêcher d’envoyer quelques piques à ses adversaires. « Il y a une partie de la bourgeoisie qui est toujours en guerre avec l’Histoire de notre pays. Il y en a qui préfèrent flinguer la mémoire parce qu’ils ne veulent pas accepter la vérité historique », a déclaré Hugo Chavez dans les colonnes d’El Nacional.

Ce nouveau portrait de Simon Bolivar trouve également un écho dans d’autres pays d’Amérique latine

« Voilà à quoi ressemble Bolivar en 2012 », titre le journal colombien El Espectador. Le quotidien de Bogota précise qu’une équipe scientifique a travaillé pendant un an et demi à la reconstruction du visage du Libertador, comme on l’appelle en Amérique latine. Le journal vénézuélien Ultimas Noticias note d’ailleurs que la représentation de Simon Bolivar a bien changé au fil du temps. Les premiers portraits le montraient encore avec des traits européens. Des traits qui se métissaient ensuite jusqu’à cette dernière image, numérique, qui révèle un Simon Bolivar bien créole.

Arrestations en masse à Cuba

Environ cinquante dissidents ont été arrêtés en marge des obsèques de l’opposant Oswaldo Paya. Parmi les personnes interpellées, le célèbre dissident Guillermo Farinhas, qui a reçu le prix Sakharov du Parlement européen, comme Paya. Selon le Miami Herald, Farinhas et d’autres opposants ont été passés à tabac avant d’être embarqués par la police. Le journal revient également sur les circonstances de la mort d’Oswaldo Paya, décédé dans un accident de voiture dimanche dernier. Pour le moment, les témoignages recueillis se contredisent dans cette affaire.

Deux amis européens, présents dans la voiture au moment de l’accident, ont déclaré à la police que le chauffeur avait perdu le contrôle du véhicule. Mais juste avant cette déclaration officielle, ils auraient téléphoné à leurs proches en Europe, leur disant que l’accident avait été provoqué par un camion. Selon le Miami Herald, il faudra attendre le retour de ces deux Européens pour connaître la vérité sur l’accident.

Haïti vu des Etats-Unis

La presse haïtienne s’interroge sur l’image du pays dans l’opinion publique américaine. Une image qui colle, d’après Le Nouvelliste, de plus en plus à la réalité. Longtemps, « la presse américaine ne s’intéressait qu’à l’instabilité politique dans le pays, au banditisme et à la violence ». Mais depuis le séisme de janvier 2010, les médias ont commencé à se pencher sur la réalité du pays, et à  brosser un portrait réaliste de la situation d’Haïti après le tremblement de terre ».

Le Nouvelliste félicite les journalistes américains pour ce nouvel intérêt porté à Haïti. « En plus, écrit le quotidien de Port au Prince, ces médias commencent à enquêter sur l’aide humanitaire que les Etats-Unis fournissent à Haïti. Des institutions américaines, aussi puissantes soient-elles, sont mises sur la sellette. La presse leur reproche de manquer de transparence dans la gestion de l’aide humanitaire », écrit Le Nouvelliste.

Romney à la recherche d’une stature internationale

La politique étrangère s’invite dans la campagne électorale américaine et c’est suffisamment rare pour le constater, note le New York Times. Les deux candidats Barack Obama et Mitt Romney font une pause dans leur discours sur l’économie – un discours qui domine toute la campagne – pour parler de la politique étrangère. Pour Mitt Romney, il s’agissait de montrer qu’il pouvait mieux se débrouiller que le président Obama sur la scène internationale. Une tentative ratée, juge le New York Times. Devant une réunion des vétérans hier, il n’a ni parlé du Proche-Orient, ni de la Syrie ou du Pakistan. « Critiquer Obama sans proposer une alternative n’est pas très convaincant », conclut le New York Times.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail