Etats-Unis / Royaume-Uni

JO de Londres : le faux pas de Mitt Romney

Poignée de main entre le candidat républicain à la présidentielle américaine Mitt Romney (G) et le Premier ministre britannique David Cameron. Londres, le 26 juillet 2012.
Poignée de main entre le candidat républicain à la présidentielle américaine Mitt Romney (G) et le Premier ministre britannique David Cameron. Londres, le 26 juillet 2012. Reuters / Jason Reed

Le candidat républicain à l'élection présidentielle américaine effectue cette semaine une tournée internationale en Grande-Bretagne, en Pologne et en Israël. Il est ce jeudi 26 juillet 2012 dans la capitale anglaise, où il s'est entretenu avec l'ancien Premier ministre Tony Blair puis avec l'actuel chef du gouvernement, David Cameron. Un premier contact, des premiers pas sur la scène internationale et un faux pas qui a jeté un froid.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

C'est une interview sur la chaîne de télévision NBC qui est à l'origine de l'incident. Mitt Romney y juge « troublantes » et « peu encourageantes » les défaillances d'une société privée britannique chargée d'assurer la sécurité des Jeux olympiques qui débutent ce vendredi, à Londres. Il est vrai que Mitt Romney est un spécialiste de la question. En 2002, il avait participé à l'organisation des Jeux olympiques d'hiver à Salt Lake City dans l'Utah.

A peine l'interview diffusée, on frôle l'incident diplomatique. L'entourage de David Cameron jugeant les propos du candidat républicain fort peu diplomatiques, justement. Et le Premier ministre britannique de répliquer dans la matinée, estimant, lors d'une conférence de presse, qu'il est « facile d'organiser des jeux au milieu de nulle part », beaucoup moins facile, en revanche, de les organiser dans l'une des capitales les plus animées du monde.

Tout cela n'a pas empêché les deux hommes de se retrouver au 10 Downing Street, ce jeudi, poignée de main franche et sourire affichés. A la sortie du rendez-vous, Mitt Romney a fait amende honorable soulignant « l'enthousiasme » et le professionnalisme des Britanniques dans l'organisation des JO.

Avant de quitter les Etats-Unis, l'entourage de Mitt Romney évoquait une tournée destinée « à observer et à apprendre ». Il semble que ce soit bien parti.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail