Accéder au contenu principal
France / Brésil / Guyane

Meurtre des militaires français en Guyane: arrestation des deux principaux suspects au Brésil

Manoelzinho, de son vrai nom Manoel Ferreira Moura est le premier suspect dans le meurtre de deux militaires à Dorlin, le 27 juin
Manoelzinho, de son vrai nom Manoel Ferreira Moura est le premier suspect dans le meurtre de deux militaires à Dorlin, le 27 juin FranceGuyane.fr
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les autorités brésiliennes ont interpellé ce vendredi 27 juillet 2012 à Macapa, au nord du Brésil, le principal suspect du meurtre fin juin, de deux militaires français en Guyane, Manoel Ferreira Moura, dit «Manoelzinho». Ce Brésilien est accusé d’être à la tête d'une organisation d'orpailleurs clandestins à Dorlin, la zone que les militaires français tenaient de contrôler. Il aura réussi à fuir la Guyane, en dépit du dispositif de recherche mis en place par la gendarmerie.

Publicité

Avec notre correspondant à Rio de Janeiro, François Cardona

Il était un peu plus de 8h du matin, lorsque les soldats d’élite de la police militaire ont réussi à localiser Manoel Ferreira Moura, dit «Manoelzinho », 25 ans, et son complice, Ronaldo Silva Lima, dit «Brabo», âgé lui de 33 ans.

Les deux hommes en cavale s’apprêtaient à quitter l’hôtel dans lequel ils se cachaient, un établissement situé dans le centre de Macapa, la capitale de l’Etat amazonien d’Amapa, au nord du Brésil. Pris par surprise, les fugitifs n’ont pas opposé de résistance. Avec eux, les policiers ont saisi deux pistolets 9mm et l’équivalent de 4600 euros.

Recherchés en Guyane française, les deux hommes avait réussi à franchir la frontière avec le Brésil, le fleuve Oyapock, en barque. Puis, selon une source policière, à prendre tout simplement le bus jusqu’à Macapa, situé à près de 600 kilomètres.

Recherchés pour le meurtre de deux sous-officiers de l’armée française, Manoelzinho et son complice devraient être placés en détention en attendant que la justice brésilienne ne décide de leur sort. Selon la police fédérale, plusieurs membres de leur bande se trouveraient toujours en Guyane.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.