Etats-Unis

Twitter se mue en institut de sondage pour la présidentielle américaine

Le Twindex affiche la cote de popularité des candidats à l'élection présidentielle sur le réseau social Twitter.
Le Twindex affiche la cote de popularité des candidats à l'élection présidentielle sur le réseau social Twitter. Twitter

Twitter a lancé, mercredi 1er août, le « Twitter Political Index », une application censée mesurer les intentions de vote des utilisateurs du réseau social durant les derniers mois de la campagne présidentielle américaine.

Publicité

« Cette gaffe lui a coûté cher, il a perdu 4 points au Twindex ! ». On entendra peut-être cette phrase dans la bouche d’un commentateur politique dans les mois voire les années à venir. Le « Twindex », contraction de « Twitter Political Index », désigne l’application lancée par le site de micro-blogging hier, mercredi 1er août. L’outil, consultable sur election.twitter.com, mesurera quotidiennement la popularité de Barack Obama et Mitt Romney, les deux prétendants à la Maison Blanche, en analysant les tweets des internautes mentionnant les candidats, grâce à une complexe recette algorithmique mise au point par l’entreprise Topsy, spécialisée dans l’analyse de données. Au final, chaque candidat est crédité d’un score entre 0 et 100, reflétant son degré de popularité sur le médium. Un score au-dessus de 50 indique un sentiment généralement positif dans l’opinion publique, et vice versa. Par exemple, à l’heure d’écrire ces lignes, Barack Obama obtient 44 points sur le Twindex, soit 18 de plus que son adversaire républicain Mitt Romney (26 points).

Un algorithme capable de décoder les opinions politiques

Le Twindex s’appuie sur une base de données de plusieurs milliers de mots pour définir la teneur positive ou négative des tweets, classés ensuite sur un index de 1 à 100. L’algorithme, qui scannera plus de 400 millions de tweets par jour, comprend même les jurons, et selon Adam Sharp, en charge du projet chez Twitter, l’ironie. Les opinions sont alors triées en deux catégories, positive et négative, et mesurées sur les trois derniers jours, les tweets les plus récents ayant plus d’influence que les anciens.

Après les récentes études sur la diplomatie numérique, cette nouvelle application démontre une fois encore l’influence grandissante du site de micro-blogging dans les médias et la politique. Pour illustrer l'expansion exponentielle de Twitter, Adam Sharp rappelle que le jour de l’élection de Barack Obama en 2008, 1,8 million de tweets avaient été postés. Ce qui ne correspond plus aujourd’hui qu’au volume de messages postés en six minutes sur le réseau social !

Aussi fiable que les instituts de sondage

Alors que seulement un Américain sur six utilise Twitter, et que le profil type de l’utilisateur du réseau social est encore loin de ressembler à celui de l’Américain moyen, on peut se demander si malgré sa taille gigantesque, l’échantillon utilisé par l’application est fiable. « Oui, à 90% », répond Adam Sharp, rappelant que son équipe a comparé les résultats obtenus par le Twindex durant sa période d’essai avec le doyen des instituts de sondage, Gallup, observant une nette corrélation entre leurs résultats.

Le Twindex pourrait donc s’imposer durablement dans les campagnes politiques à venir, d’autant que la masse de données accumulées par Twitter est bien supérieure à celle de n’importe quel institut de sondage. Pour le magazine Wired, qui donne souvent le « la » en matière de nouvelles technologies, l’arrivée de cet outil annonce le règne du « big data » pour mesurer l’opinion. Ce que Twitter compte bien mettre à profit, en proposant dans le futur ce service à des marques et des entreprises, soucieuses de connaître le sentiment des internautes sur leurs produits.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail