Etats-Unis / Afghanistan

Afghanistan: la Maison Blanche déplore la mort des soldats de la coalition internationale

Soldats de l'Isaf dans la province de Ghazni, le 21 décembre 2011.
Soldats de l'Isaf dans la province de Ghazni, le 21 décembre 2011. AFP

Quatre attaques fratricides ont tué six soldats de la coalition internationale la semaine dernière en Afghanistan. Le porte-parole de la Maison Blanche a fait part de sa préoccupation. L'Isaf dit prendre au sérieux la multiplication de ces cas mais refuse d'y voir une augmentation des infiltrations de talibans. Des nouvelles règles dans le recrutement des Afghans sont déjà en place, affirme la coalition.

Publicité

Avec notre correspondant à Kaboul, Nicolas Ropert

Depuis le début de l'année, 37 soldats étrangers ont été tués par des tirs fratricides. C'est le chiffre qu'annonce la coalition internationale, qui déplore 27 incidents de ce genre en 2012. C'est plus que sur toute l'année dernière, où 35 hommes avaient trouvé la mort sous les balles de soldats ou de policiers afghans. Cette recrudescence d'attaques ne perturbera pas le processus de transition promet le porte-parole de l'Isaf, Günter Katz.

« Nous avons déjà pris une série de mesure, explique Günter Katz. Tout d'abord, nous discutons avec nos partenaires afghans pour les aider à améliorer leur processus de recrutement. Ils examinent les casiers judiciaires, ils effectuent des examens médicaux et nous analysons leurs données biométriques. Nous prenons ces incidents très au sérieux et nous menons à chaque fois des enquêtes. Et dans la majeure partie des cas, il s'agit de motifs personnels, de situations de stress ou de fatigue dûs aux combats. Donc, les prétendues infiltrations revendiquées par les talibans sont tout simplement fausses. »

Les talibans ont pourtant assuré être au moins derrière deux des attaques perpétrées la semaine dernière. Des mesures de protections sur les bases ont aussi été prises, indique l'Isaf sans que l'on en sache davantage pour des raisons de sécurités. Mais de plus en plus, les forces afghanes doivent laisser leur arme à l'entrée des camps étrangers. Ce qui ne facilite pas les rapports entre les soldats locaux et ceux de la coalition. Mais les militaires poursuivent leur travail main dans la main, assure l'Otan.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail