Brésil

Brésil : le tribunal du Para ordonne l’arrêt du chantier du barrage de Belo Monte

Chantier du barrage de Belo Monte, le 29 décembre 2011.
Chantier du barrage de Belo Monte, le 29 décembre 2011. Flickr/minplanpac

Un tribunal fédéral brésilien a annoncé, mardi 14 août 2012, avoir ordonné la suspension des travaux du barrage de Belo Monte, en Amazonie, le troisième plus grand au monde. Le tribunal régional fédéral a estimé que les indiens habitant dans la région de construction du barrage n'avaient pas été consultés avant le début des travaux.

Publicité

Avec notre correspondant à Rio de Janeiro, François Cardona

Plus de 200.000 euros par jour, c’est l’amende que le constructeur du barrage de Belo Monte va devoir payer tant qu’il ne stoppera pas le chantier. Pharaoniques, les travaux ont commencé il y a un peu plus d’un an. Et la polémique que suscite cet immense barrage est à la hauteur de son coût : près de 9 milliards d’euros.

La décision d’interdire les travaux a été prise par un tribunal de l’Etat du Para, à la demande des autorités locales, qui s’opposent depuis le début à ce barrage. Elles estiment que les indiens qui peuplent la région n’ont pas été consultés avant le début des travaux. Ces derniers sont près de 16 000 à être menacés d’expulsion.

Ce n’est pas la première fois que les autorités de l’Etat du Para tentent de bloquer les travaux mais à chaque fois la justice fédérale brésilienne les a déboutées.

L’enjeu est de taille puisque ce barrage produira 11% de l'énergie électrique du Brésil. Mais 500 kilomètres carrés de forêt vont être inondés, et l’équilibre de l’immense fleuve Xingu va être durablement perturbé.

Norte Energia, le constructeur du barrage,va certainement devoir faire appel devant la cour suprême brésilienne. En attendant, sur place, les travaux continuent. Le barrage evrait commencer à fonctionner d’ici 3 ans.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail