CHILI / ENERGIES

HidroAysen, un projet de centrales hydroélectriques en pleine Patagonie chilienne

La Patagonie est une des dernières régions sauvages du monde, elle est reconnue Réserve de Biosphère par l'Unesco.
La Patagonie est une des dernières régions sauvages du monde, elle est reconnue Réserve de Biosphère par l'Unesco. © RFI/Claire Martin
Texte par : Claire Martin
5 mn

Le Chili connaît le plus gros conflit environnemental de son histoire. Son nom : HidroAysen. Un projet qui pourrait signer la fin de la Patagonie sauvage.

Publicité

De notre correspondante au Chili

Elles seraient cinq au total. Cinq méga centrales hydroélectriques implantées à l’extrême sud du pays, dans la région isolée d’Aysen, en pleine Patagonie, encore vierge et épargnée par l’industrialisation. Pour une production de 2 750 MW qui alimenterait les industries minières du nord du Chili, située à l’autre bout du pays. C’est le projet des deux entreprises, l’italo-espagnole Endesa et la chilienne Colbun, qui concentrent dans leurs mains 96% des droits sur l’eau de la région d’Aysen. Deux entreprises extrêmement puissantes, appartenant aux hommes les plus riches du pays, lesquels sont parvenus à gagner le soutien inébranlable des différents gouvernements au pouvoir depuis 2005. Sans HidroAysen, le Chili pourrait connaître une crise énergétique dans les dix ans, selon l’actuel président de droite Sebastian Piñera.

Ce projet connaît une levée de bouclier sans précédent au Chili. Près de 70% des Chiliens s’opposent au projet de centrales hydroélectriques le plus important du pays, qui contemple une des plus longues lignes à haute tension du monde. Avec 2 400 km reliant Santiago à la région d’Aysen, elle équivaut à la distance Paris-Moscou. « Patagonie sans barrages », c’est le mot d’ordre de l’opposition, qui a réussi à mobiliser plusieurs dizaines de milliers de gens dans les rues du pays en avril 2011. Des mobilisations qui ont précédé le mouvement étudiant.

Les centrales ont reçu le feu vert des autorités. Reste encore à HidroAysen à faire approuver sa ligne à haute tension. L’opposition espère encore pouvoir faire échouer un projet, qui, avec le temps, revient de plus en plus cher à l’entreprise. Mais HidroAysen n’est que la pointe de l’iceberg. Derrière lui se profile déjà une douzaine d’autres méga projets hydroélectriques.

Cliquez sur l'image

Pour en savoir plus :

- http://www.hidroaysen.cl/
- http://www.patagoniasinrepresas.cl/

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail