Accéder au contenu principal
Colombie

En Colombie, les FARC déclarent vouloir mettre fin à la guerre

Un membre des FARC lors d'un affrontement avec l'armée colombienne, le 12 juillet 2012.
Un membre des FARC lors d'un affrontement avec l'armée colombienne, le 12 juillet 2012. Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les FARC ont « la ferme intention de mettre fin à la guerre en Colombie ». C'est ce qu'a déclaré ce week-end Rodrigo Granda, l'un des cinq négociateurs de la guérilla marxiste qui se rendront en octobre en Norvège afin d'entamer avec le gouvernement colombien des pourparlers de paix. A quelques semaines de ce rendez-vous historique, les FARC multiplient les déclarations dans la presse.

Publicité

Au sein des FARC, Rodrigo Granda occupe le rôle du « ministre des Affaires étrangères ». « Contrairement à ce que prétend le gouvernement, les rangs des FARC continuent à se renforcer. Nous infligeons toujours des pertes à l'armée colombienne. Nous ne sommes pas vaincus et nous arrivons à la table des négociations avec des exigences », affirme-t-il.

Pour instaurer un rapport de force avec les autorités colombiennes, les FARC placent la barre haute. La guérilla veut toujours obtenir un cessez-le-feu pendant les pourparlers et la présence à la table des négociations de Simon Trinidad, un ancien guérillero qui purge actuellement une peine de 60 ans de prison aux Etats-Unis.

Sur ces deux points, le président colombien, Juan Manuel Santos, se montre pour l'instant inflexible. Les opérations militaires contre les FARC vont se poursuivre jusqu'à l'obtention d'un accord, dit-il. Quant à Simon Trinidad, sa participation dépend de la justice américaine, et d'elle seule, rétorque le chef d'Etat.

Les FARC, tout comme le gouvernement colombien, adoptent donc un discours musclé à quelques semaines du début des pourparlers. Mais les deux camps insistent pour dire qu'ils veulent la paix.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.