Présidentielle américaine 2012

Des Africains aux Etats-Unis

Des Américains venus rendre hommage à Martin Luther King devant l'ancien hôtel Lorraine. Menphis, le 4 avril 2008.
Des Américains venus rendre hommage à Martin Luther King devant l'ancien hôtel Lorraine. Menphis, le 4 avril 2008. REUTERS/Mike Segar

Barack Obama et Mitt Romney sont dans la dernière ligne droite. Les deux candidats sont au coude à coude à huit jours de l’élection présidentielle aux Etats-Unis. Tout au long de la semaine, RFI vous propose une série de portraits consacrés aux Africains qui ont tenté leur chance en Amérique, devenue aujourd'hui terre d'accueil d'1,5 million d'immigrés africains. 

Publicité

De notre envoyé spécial

Ils étaient 200 000 en 1980. Aujourd’hui, les Etats-Unis comptent 1,5 million d’immigrés africains. Ils ne représentent certes que 4% de la population immigrée totale au pays de l’Oncle Sam, mais c’est néanmoins la population immigrée qui augmente le plus. La moitié des Africains résidant actuellement aux Etats-Unis ont en effet posé leurs valises après le passage à l’an 2000.

Les principaux pays d’origine sont le Nigeria, l’Ethiopie, l’Egypte, le Ghana et le Kenya, devant le Burundi, l’Erythrée et la Sierra Leone. Ils privilégient New York, la Californie, le Texas et le Maryland, on les retrouve aussi au New Jersey, en Géorgie, au Massachussetts, en Virginie et au Minnesota.

De nombreuses stars africaines ont élu domicile aux Etats-Unis : le chanteur camerounais Akon, la Béninoise Angélique Kidjo, (elle avait chanté pour Barack Obama lors de sa prestation de serment) et le romancier Alain Mabanckou, lauréat du Prix Renaudot en 2006.

Selon une étude du Migration Policy Institute, un think tank basé à Washington, parmi les immigrés africains qui ont acquis un statut légal en 2010, la moitié est venue aux Etats-Unis pour des raisons familiales, un cinquième est réfugié ou demandeur d’asile, 5% ont été mutés ou avaient des promesses d’embauche avant leur arrivée. Enfin un quart a bénéficié du programme Visa Diversity Program : une loterie dont les gagnants ne sont pas choisis tout à fait au hasard puisque le programme vise à accorder un statut légal, la fameuse Green Card, à des ressortissants issus de pays faiblement représentés aux Etats-Unis. Il faut aussi compter les clandestins, et ceux, ils sont nombreux, dont la situation a été régularisée grâce à un mariage blanc, également appelé « green card wedding ».

Les Africains sont les plus pauvres des immigrés aux Etats-Unis

Les Africains se distinguent aussi des autres immigrés car ils sont les plus diplômés. En 2009, 40% des Africains âgés de 25 ans et plus avaient un diplôme équivalent à Bac+2, contre 26% pour les autres groupes d’immigrés, et 28% pour les Afro-Américains. Leurs diplômes en revanche ont peu d’impact sur leurs fiches de paie, au contraire, puisque les immigrés africains sont les moins bien payés.

L’écart de salaire entre les Afro-Américains et les Blancs non hispaniques américains s’élève à 19%, il est de 40% avec les immigrés africains. Un cinquième vit en deçà du seuil de pauvreté, contre 17% pour les immigrés des autres continents et 13% pour les Afro-Américains. Les plus pauvres sont les Guinéens, les Soudanais et les Somaliens.
Des études démontrent que les disparités sont liées aux problèmes posés par la langue et l’accent américain. L’écart des salaires est également lié à la faible reconnaissance de leurs diplômes aux Etats-Unis. Enfin, selon les chercheurs, il est indéniable que les difficultés des immigrés africains sur le marché du travail américain sont liées à la couleur de leur peau.

Les Africains aux Etats-Unis en chiffres

- Les hommes sont majoritaires. 40% des Africains âgés de plus de 25 ans ont un bachelor et plus, contre 28% pour les Afro-Américains et 26% chez les immigrés
Ils sont mieux qualifiés que les Afro-Américains, mais ils ont plus de difficultés sur le marché du travail, et ils sont plus exposés à la pauvreté que les Afro-Américains et les autres immigrés.

Environ un tiers travaille dans les secteurs des services de la construction et des transports, 18% dans les services, 14% dans la santé, 13% dans l’administration, 9% dans les ventes, 9% dans le management/finance
- Raisons des difficultés : accent, diplômes non reconnus, couleur de la peau
- Un cinquième en deçà du seuil de pauvreté, contre 13,6% pour les Afro-Américains et 17,3 pour les immigrés
- 3,5 millions disent appartenir à la diaspora
- 28% des réfugiés aux US viennent d’Afrique : 40% viennent de Somalie, 16% du Liberia, 12% du Soudan, 7% d’Ethiopie, 6% du Burundi, 5% de RDC, 4% d’Erythrée et 4% de Sierra Leone
- La moitié des migrants qui ont reçu une green card à travers le dievrsity porgram sont Africains
- Les Africains gagnent 34% moins que les Blancs
- L’écart est plus faible pour les femmes africaines

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail