Salvador

Le Salvador condamné pour violations des droits de l'homme

Le mémorial d'El Mozote.
Le mémorial d'El Mozote.

C'est la Cour interaméricaine des droits de l'homme qui a rendu ce jugement, le 10 décembre. La cour pointe la responsabilité de ce pays d'Amérique Centrale dans un massacre perpétré en 1981 par des militaires alors au pouvoir. Un millier de personnes environ, avaient été tuées, dans la ville d'El Mozote.

Publicité

« Nous assumons notre responsabilité dans le dossier El Mozote ». C'est ainsi que le ministère des Affaires étrangères a accepté la condamnation par la cour interaméricaine des droits de l'homme. Une condamnation qui était en fait attendue. Le président salvadorien l'avait même anticipée : en janvier dernier, Mauricio Funes a demandé officiellement pardon aux victimes de cette tuerie.

En 1981, au début de la guerre civile qui a ravagé le pays pendant 12 ans, un millier de civils, tous des habitants de l'El Mozote, ont été massacrés en trois jours. Les militaires les soupçonnaient de sympathiser avec les rebelles. La moitié des victimes était des enfants.

Les auteurs de cette répression brutale n'ont jamais été poursuivis pour leurs actes. Une amnistie générale les protège jusqu'à présent. Seulement voilà, dans son jugement, la cour interaméricaine des droits de l'homme estime qu'il ne peut pas y avoir de l'amnistie pour un tel crime. Elle demande au gouvernement salvadorien d'enquêter sur le massacre, de punir les responsables et d'indemniser les victimes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail