Etats-Unis

Fusillade de Newtown: Barack Obama soutiendra le projet de loi sur le contrôle des armes

Le président américain Barack Obama lors de son discours à Newtown, le 16 décembre 2012.
Le président américain Barack Obama lors de son discours à Newtown, le 16 décembre 2012. REUTERS/Kevin Lamarque

Aux Etats-Unis, les premières conséquences politiques et économiques de la fusillade de Newtown se font ressentir. Alors que, selon un sondage CBS, 57% des Américains se déclarent favorables à un renforcement de la loi sur les armes à feu, la Maison Blanche a annoncé mardi que le président Obama soutiendrait le projet de loi allant dans ce sens. Pendant ce temps, le fabricant du fusil d'assaut ayant servi au tueur est abandonné par les investisseurs.

Publicité

Je préfère être le père de Lauren que d'être le frère ou le père du tueur. C'est lui qui l'a fait, mais à qui la faute ?

Gilles Rousseau, père de Lauren, institutrice de 30 ans tuée dans la fusillade

Elle l’avait annoncé dès le lendemain de la fusillade de Newtown, la sénatrice californienne Dianne Feinstein déposera début janvier un projet de loi pour interdire un certain nombre d’armes aux Etats-Unis. Transfert, importation et fabrication d’une centaine de modèles de fusils d’assaut pourraient ainsi être bannis. Et cinq jours après la tuerie, la Maison Blanche a fait savoir, ce mardi 18 décembre, que Barack Obama soutiendrait le texte.

Au même moment, ou presque, on apprenait que la compagnie fabriquant les fusils d’assaut Bushmaster, l’arme utilisée dans la fusillade, était à vendre. Freedom Group appartient à la société d’investissements Cerberus Capital Management, qui a décidé de s’en débarrasser.

La NRA sort du bois

Pourquoi ? Parce que le très puissant fonds de pension des enseignants de Californie menaçait de revoir son portefeuille d’actions. Et que le fonds en question a investit la bagatelle de 750 millions de dollars dans Cerberus.

Jusque-là totalement silencieux, le principal lobby pro-armes des Etats-Unis a publié un communiqué ce mardi. « Notre association est composée de quatre millions de pères, de mères, de fils et de filles. Nous avons été bouleversés, attristés, nous avons eu le cœur brisé à l’annonce des meurtres horribles et insensés commis à Newtown », écrit la NRA, qui explique avoir gardé le silence jusqu’à présent par respect pour les familles des victimes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail