Accéder au contenu principal
Venezuela

Venezuela : Caracas, capitale la plus dangereuse du monde

Contrôle de police dans le quartier de Petare de Caracas, le 28 août 2010.
Contrôle de police dans le quartier de Petare de Caracas, le 28 août 2010. AFP/Juan Barreto
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le Venezuela a enregistré en 2012 plus de 21 000 homicides, soit un taux de 73 pour 100 000 habitants. Il s'agit d'un des plus élevés au monde, selon l'Observatoire vénézuélien de la violence (OVV), un organisme non gouvernemental. A Caracas, sa capitale, le taux d'homicide est même de 122 pour 100 000 habitants.

Publicité

Avec notre correspondant à Caracas, Pierre-Philippe Berson

Caracas était considérée comme la capitale la plus dangereuse du monde ces dernières années. Elle le reste en 2012. L’Observatoire vénézuélien de la violence, une ONG indépendante, estime que le taux d’homicide est de 122 pour 100 000 habitants. En France, le chiffre oscille autour de 1 pour 100 000. Partout au Venezuela, la violence a augmenté. Elle a subi une hausse de 12% cette année. Le nombre d’assassinats par armes à feu est affolant, avec 21 600 tués en 2012.

A Caracas, passé 21h, les rues se vident. Personne n’ose mettre un pied dehors, de peur de se faire agresser par les malandros, les voyous des quartiers. Âgés d’à peine 20 ans, ils se déplacent souvent en moto et n’hésitent pas à tuer pour voler un téléphone portable.

Meurtres, kidnappings, la capitale vénézuélienne collectionne tous les records. Loin devant des villes comme Mexico ou Bogota. Les enlèvements rapides, de quelques heures généralement, deviennent une source de financement pour des groupes criminels. On enregistre ainsi près de 600 enlèvements par an. Le chiffre serait en réalité plus élevé, mais impossible de connaître le nombre exact car la plupart des victimes refusent de porter plainte.

L’insécurité est un problème majeur qui affecte toutes les couches de la population, des bidonvilles aux quartiers chics. Pourtant, le président Chavez n’en a jamais fait sa priorité. Le sujet a été tardivement évoqué lors de la campagne présidentielle en octobre dernier. Le gouvernement vient de lancer un plan de destruction d’armes à feu. La tâche est immense. On estime à 6 millions le nombre d’armes circulant au Venezuela.

Ces chiffres accablants résultent d’une impunité totale. Les tribunaux sont débordés et 90% des crimes restent impunis. Symbole de l’impuissance des autorités, la police paie elle aussi un lourd tribut : 370 policiers ont été assassinés cette année, soit une moyenne d'un par jour.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.