Etats-Unis

De folles rumeurs autour de l’état de santé d’Hillary Clinton

L'hôpital où est soignée Hillary Clinton est sécurisé par des membres des services secrets américains.
L'hôpital où est soignée Hillary Clinton est sécurisé par des membres des services secrets américains. Reuters/Joshua Lott

La secrétaire d’Etat Hillary Clinton a été hospitalisée, dimanche 30 décembre, pour une commotion cérébrale et un caillot de sang. Officiellement, tout se passe bien et les médecins envisagent un « rétablissement complet » rapidement. Mais les spéculations sont nombreuses sur les réseaux sociaux et dans les médias envers un enchaînement médical assez singulier. Et les rumeurs les plus folles courent sur la toile concernant les circonstances de l’hospitalisation.

Publicité

La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton, est hospitalisée à New York, pour un caillot de sang situé entre le cerveau et le crâne. Rassurants, ses médecins assurent que cela n’a aucun impact neurologique et tablent sur un « rétablissement complet ». Mme Clinton, 65 ans, est une figure centrale de l’administration Obama, élue deuxième personnalité préférée des Américains juste derrière Barack Obama. Un reporter de la NBC, en apprenant la nouvelle, a néanmoins insinué en direct que cela lui semblait bizarre médicalement et de s’interroger : « Donc soit le caillot n’est pas lié à une commotion cérébrale et elle a un caillot dans une jambe ou ailleurs, ou il se passe autre chose qu’on nous cache », explique M. Bazell. Officiellement, il est vrai, l’enchaînement a des allures de mauvais karma car l’état de santé d’Hillary est passé d’une grippe à un virus gastrique et finalement une commotion cérébrale avec des soins pour un caillot de sang mal placé. Il n’en faut parfois pas beaucoup plus pour entretenir les conversations suspicieuses sur les chaînes de télévision et les réseaux sociaux.

Le scenario de la théorie du complot est assez costaud

On le sait, sur Twitter et les réseaux sociaux, l’information circule très vite, mais tout autant les plus folles rumeurs. On avait relevé ainsi une fausse photo de Fidel Castro sur son lit de mort, un Barack Obama sur la planète mars et de mystérieux géants aux obsèques de Kim Jong-un. Les divers états de santé d’Hillary sont donc propices à faire un peu délirer la Toile. Avec en premier temps, un versant politique très net quand les commentateurs des chaînes conservatrices ont suspecté une fausse grippe surnommée « Benghazi flu » en sous-entendant que la secrétaire d’Etat  évitait les épreuves politiques. Nous sommes là en compagnie d’« haters », ceux qui, en toute circonstance, aiment à dire du mal de leurs ennemis, malades ou pas. Seulement voilà, avec une secrétaire d’Etat qui voyage souvent en Irak, vous avez également des théories fumeuses qui fusent. La plus récurrente : un accident d’avion en Iran lors d’une visite secrète avec le président iranien. D’ailleurs l’avion serait encore là-bas. Quoi !? Accrochez-vous, c’est parti. Le scenario de la théorie du complot est assez costaud, aux allures de « on nous cache tout, on nous dit rien »…

Ainsi, selon des sources à prendre avec des pincettes, l’avion de la secrétaire d’Etat qui décollait de Bahreïn pour officiellement aller à Bagdad en Irak aurait en fait changé de direction pour la ville iranienne de Ahvaz, la capitale de la province du Khuzestan au sud du pays. Là, Hillary Clinton devait rencontrer le président iranien Mahmoud Ahmadinejad pour des discussions (forcément secrètes, voyons !) concernant le programme nucléaire iranien. Secret, mystère, l'Iran c'est que du bonheur pour les adeptes de la théorie du complot… Et attention, séquence action. Ça va secouer, attachez vos ceintures ! Car l’avion d’Hillary Clinton aurait eu des problèmes techniques et aurait effectué un atterrissage d’urgence en Iran. Plusieurs autres personnes auraient même été blessées voire tuées durant l’accident. Cela expliquerait ainsi la mort mystérieuse de Job Price, le commandant des unités de commandos de marine (Seals) en Afghanistan. Oh oh, bon sang, mais c’est bien sûr ! Le commandant, dont le décès avait été annoncé le 22 décembre à Uruzgan en Afghanistan dans des conditions inexpliquées, aurait été en fait le responsable de la sécurité de la mission en Iran d’Hillary Clinton. Cela fait énormément de conditionnel, de si… Et encore, on vous épargne les théories concernant le cancer du cerveau, les problèmes liés à la boisson...

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail