Venezuela

Le ton monte entre le gouvernement et l’opposition vénézuélienne

Le vice-président vénézuélien Nicolas Maduro accuse la droite de faire circuler des rumeurs sur l'état de santé d'Hugo Chavez.
Le vice-président vénézuélien Nicolas Maduro accuse la droite de faire circuler des rumeurs sur l'état de santé d'Hugo Chavez. ©Reuters.
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L'état de santé du président vénézuélien Hugo Chavez provoque des tensions politiques au Venezuela entre le gouvernement et l'opposition de droite. Le régime accuse celle-ci de tentative de déstabilisation, en véhiculant des rumeurs sur les réseaux sociaux. Outre son cancer, le président vénézuélien souffre d'une infection pulmonaire.

Publicité

Avec notre correspondant à Caracas, Pierre-Philippe Berson

Le président Chavez présente une « infection pulmonaire sévère », a indiqué hier jeudi 3 janvier le ministre de la Communication, Ernesto Villegas. Ce sont des nouvelles inquiétantes, mais lorsque l'on regarde dans le détail, ce bulletin médical correspond exactement aux mêmes informations que celles transmises il y a 3 jours déjà.

Alors, s'agit-il d'une réelle et rapide dégradation de son état ou bien Hugo Chavez est-il dans un état stationnaire, nul ne le sait. Ce qui est certain c’est que le président vénézuélien est attendu la semaine prochaine à Caracas où il doit prêter serment pour le début de son nouveau mandat. Or, plus les jours passent, moins ce scénario semble possible.

Parallèllement, le ton semble monter entre le gouvernement et l’opposition vénézuélienne, le vice-président Nicolas Maduro accusant la droite de propager des fausses informations sur la santé d’Hugo Chavez. Selon lui, Ramon Guillermo Aveledo, le porte-parole de la Table d’union démocratique, une large coalition de droite, serait même le seul à être à l’origine de toutes les rumeurs qui circulent sur Facebook et Twitter. C'est beaucoup pour un seul homme, mais le ministre de la Communication est allé encore plus loin en dénonçant « une guerre psychologique du réseau médiatique transnational dans le but de déstabiliser le pays ». Une certaine forme de théorie du complot, du reste assez étonnante à Caracas.

Bien évidemment, les rumeurs vont bon train. Certains affirment, par exemple, que Chavez est déjà mort et que le gouvernement attend avant de l’annoncer. Une spéculation totalement fantasque et qui ne repose strictement sur rien, mais qui ne vise certainement pas à déstabiliser le gouvernement. Elle est bien plus le reflet de la méfiance des Vénézuéliens face aux informations officielles.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail